Carrières

Choisir le travail contractuel

Choisir le travail contractuel
Photo: Getty Images

Baby-boomers, génération X et milléniaux choisissent en grande proportion le travail contractuel de leur plein gré, selon une étude de BMO. Regard sur l’économie à la demande, qui ne cesse de prendre de l’ampleur au pays.

Pourquoi devenir travailleur indépendant, malgré les revenus parfois instables et l’absence d’avantages sociaux? Certainement pas par contrainte ou par manque de choix, révèle un rapport de BMO sur l’économie à la demande paru en juillet 2018.

Pas moins de 60% des répondants au sondage, qu’ils soient employés contractuels, travailleurs autonomes, propriétaires de petites entreprises ou télétravailleurs, affirment être devenus indépendants par «choix volontaire». La moitié (49%) se disent indépendants par besoin d’un nouveau défi. Toutes générations confondues, un bien plus petit nombre affirme avoir fait ce choix parce que c’est leur «seul moyen de gagner un revenu».

Les plus jeunes sont-ils vraiment les plus nombreux à aimer le travail contractuel et à refuser la stabilité d’un emploi permanent? Voilà un autre mythe à déboulonner. Si les milléniaux se montrent légèrement plus volontaires que leurs aînés, affirmant à 62% être indépendants par choix, la génération X montre aussi un haut taux de satisfaction par rapport au travail contractuel, 58% des sondés l’ayant choisi volontairement. Le taux est de 54% chez les baby-boomers.

Les statistiques montrent que le Canada embauche un nombre grandissant de travailleurs contractuels depuis la crise économique de 2008. Et le personnel temporaire n’est plus celui d’autrefois. «Pour des contrats à court et à long terme, on fait appel aujourd’hui à des ouvriers ou travailleurs industriels tout comme à des professionnels des TI, des ingénieurs, des comptables ou des professionnels des RH hautement qualifiés», indique le rapport.

Les avantages supplantent les inconvénients
Les baby-boomers choisissent le travail indépendant parce qu’ils valorisent l’autonomie et le contrôle; la génération X valorise la conciliation travail-vie personnelle et les milléniaux espèrent gagner un bon revenu d’appoint par le travail contractuel.

Dans son étude intitulée «L’économie à la demande: Atteindre le bien-être financier en toute confiance», BMO montre que les raisons d’adopter le travail indépendant sont nombreuses. Avoir les deux mains sur le volant, autrement dit garder le contrôle sur ses tâches et son emploi du temps, est l’une des raisons les plus fréquemment mentionnées (49%). Les répondants mentionnent aussi leur désir d’avoir un revenu d’appoint (49%), et de parvenir à un juste équilibre entre la carrière et la famille (42%).

On devient aussi travailleur contractuel parce que les outils technologiques actuels permettent de le faire efficacement en tant que télétravailleur.

Mais gare à ceux qui songent à joindre le cortège des travailleurs autonomes : ils déplorent à 69% l’absence d’avantages sociaux, comme l’assurance maladie, l’assurance soins dentaires ou l’assurance invalidité, et l’absence de rémunération en cas de maladie (55%) ou encore la rémunération insuffisante (41%).

Tout n’est pas rose chez les indépendants, mais les avantages paraissent de loin supplanter les inconvénients, si l’on se fie à cette étude.