Carrières

Travailler de nuit affecte le système immunitaire

Travailler de nuit affecte le système immunitaire
Photo: Getty Images

On sait déjà que le travail de nuit est mauvais pour la santé, mais on sait en outre que décaler son rythme de sommeil perturbe des gènes jouant un rôle majeur dans le fonctionnement du système immunitaire.

Il y a quelques années, des chercheurs de l’Université de Surrey ont placé de jeunes adultes dans un environnement sans lumière naturelle. Ils les ont amenés à modifier leur rythme de sommeil et de veille jusqu’à atteindre un décalage de 12 heures. Les analyses sanguines des participants à cette étude ont montré que 6% des gènes influencent l’horloge interne, et que 97% de ces gènes étaient perturbés par un rythme de sommeil décalé.

«Cela explique pourquoi on se sent si mal quand on subit un décalage horaire ou qu’on a des quarts de travail irréguliers», a déclaré dans un communiqué de presse Dr Simon Archer, l’un des auteurs de cette étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Dormir le jour garde ces gènes éteints. Certains d’entre eux sont pourtant responsables de la libération de substances indispensables au bon fonctionnement du système immunitaire. Et qui dit système immunitaire atteint dit santé plus fragile.

Réduire l’impact du décalage
De précédentes études ont établi que le travail de nuit augmentait le risque de problèmes cardiovasculaires, de diabète et d’obésité. Une recherche française a ainsi montré une hausse marquée de la probabilité de développer un cancer du sein chez les femmes travaillant de nuit. Hélas, peu de travailleurs nocturnes ont le loisir de faire autrement. Par chance, des moyens existent pour limiter les conséquences à long terme du travail de nuit sur la santé.

La Société canadienne du sommeil conseille de dormir au maximum, pour éviter l’accumulation de privation de sommeil, et d’adopter un rythme de sommeil régulier, y compris lors des jours de congé. En effet, le fait d’adopter une routine avant d’aller se coucher, que ce soit lors d’un jour de travail ou d’un jour de congé, aide à faire comprendre à son corps qu’il est l’heure de dormir. Pour dormir plus facilement en journée, on préconise de munir sa chambre de rideaux opaques et de prévenir son entourage pour ne pas être dérangé.

Il est aussi préférable de faire une sieste avant de partir au travail et d’aller se coucher très vite après la fin de son quart de travail. Pour y parvenir, le mieux est de s’abstenir de consommer de la caféine et de l’alcool au moins cinq heures avant de dormir. Manger un déjeuner léger permettra également un bon sommeil perturbé ni par la faim ni par une mauvaise digestion.

Bien que dormir le jour ne soit pas facile, l’usage répété de somnifères est à éviter, car il risque d’empirer les problèmes de sommeil et d’entraîner une dépendance.