Carrières

Directeur des achats: chef d’orchestre à différentes échelles

Directeur des achats: chef d’orchestre à différentes échelles
Photo: Métrohand pressing shopping cart on a touch screen interface

Plus qu’un acheteur de matières premières destinées à être transformées et redistribuées, le directeur des achats jongle entre gestion d’équipe, négociation des coûts et respect des normes éthiques de l’entreprise.

«Le directeur des achats est souvent confondu avec le directeur de l’approvisionnement puisque ces deux métiers sont intimement liés», prévient d’emblée Benoît Chalifoux, coordonnateur du programme de baccalauréat en administration de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). La confusion vient du fait qu’en fonction de la taille de l’entreprise pour laquelle il travaille, les tâches du directeur des achats varient.

«Dans une grande boîte, il sera le chef d’orchestre qui gère une grande équipe au service des achats ainsi que le budget de cette dernière. Dans une plus petite boîte, le directeur des achats va aussi s’occuper de l’opérationnel en plus de jouer ce rôle de direction», explique M. Chalifoux. La position hiérarchique du directeur des achats au sein de l’entreprise dépendra du produit final vendu au client. Dans tous les cas, le poste s’acquiert après avoir cumulé un important bagage professionnel.

«Le directeur des achats, lorsqu’il achète des produits en Chine, par exemple, doit s’assurer que ceux-ci ont été faits en respectant des mesures d’hygiène, mais aussi que des enfants n’ont pas été exploités.» -Benoît Chalifoux,coordonnateur du baccalauréat en administration de l’UQAM

«[L’emploi] nécessite autant des hard skills, des connaissances techniques, que des soft skills, au niveau relationnel», explique le coordonnateur de programme, qui identifie parmi les sept concentrations du baccalauréat en administration de l’UQAM celle de marketing comme la plus liée au métier de directeur des achats. La rapidité d’analyse et de prise de décisions est, à l’ère du numérique, un atout aujourd’hui «indispensable» pour toutes négociations «en temps réel» que doit engager le directeur des achats. Tout en sachant agir dans l’immédiat, ce gestionnaire doit toutefois aussi s’assurer que les normes éthiques de l’entreprise sont respectées.

Entrevue: Coordonner la transformation alimentaire

CV
Frederick Dyotte, directeur des achats spécialisé en alimentation

  • Dans la profession depuis : 25 ans
  • Formation : Gestion des services alimentaires à ITHQ et deux certificats au HEC
  • Employeur actuel : Maxi, à Saint-Lin-des-Laurentides, une entreprise de transformation de poulet en croquettes qui exporte la grande majorité de sa production aux États-Unis

Quelles sont vos principales tâches au quotidien?
Je travaille autant avec les employés à la logistique qu’aux ventes et aux opérations de production. C’est aussi un travail avec mon équipe immédiate au niveau des acheteurs, des approvisionneurs et des gérants de catégorie. Entre autres, j’identifie et j’analyse les indices d’évaluation des ingrédients à acheter et je fais des évaluations aux points critiques, tant de l’inventaire que de la production.

«Il faut rester à l’affût de la technologie, des nouveaux concepts et des nouveaux produits. Au niveau de la transformation génétique des produits, par exemple, il faut être au courant des problématiques.» -Frederick Dyotte, directeur des achats spécialisé en alimentation

Quel rôle joue un directeur des achats au niveau éthique de l’entreprise?
On doit respecter un code d’éthique propre à l’entreprise, mais aussi propre à la fonction d’acheteur et d’approvisionneur. L’Association canadienne des gestionnaires en approvisionnements (ACGA) fixe des règles auxquelles on doit se conformer. Au niveau des achats, on négocie des ententes contractuelles et c’est par l’entremise de celles-ci qu’on fixe des clauses sur les normes à respecter.

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant attiré par cette profession?
On ne choisit pas cette profession au début de sa formation. Ce qui fait la différence c’est la spécialisation qu’on veut se donner. Moi, par amour de l’alimentation, j’ai bifurqué dans la direction des achats parce que la gestion alimentaire m’intéressait. Je conseillerais donc à un jeune étudiant de trouver ce qui l’anime.

 

Articles similaires