Santé
16:59 1 septembre 2020 | mise à jour le: 1 septembre 2020 à 17:30 temps de lecture: 4 minutes

Coronavirus: une étude appuie à la thèse des aérosols

Coronavirus: une étude appuie à la thèse des aérosols
Photo: Josie Desmarais/MétroUne femme porte un masque médical dans le métro.

Une étude publiée mardi dans Journal of the American Medical Association (JAMA) apporte un appui à la thèse des aérosols comme moyen de transmission du coronavirus. Les espaces clos comme les transports en commun pourraient être un lieu avec un risque «accru» de contamination.

Les chercheurs de cette étude ont analysé les dossiers médicaux de passagers de deux autobus se rendant à une cérémonie religieuse dans une grande ville en Chine.

Les passagers ont fait un voyage de 50 minutes pour se rendre à l’événement et 50 minutes pour rentrer dans des autobus qui avaient les fenêtres fermées et la climatisation.

Dans l’un des autobus, les chercheurs ont trouvé le «cas initial» infecté par le coronavirus.

Peu après «23 personnes dans ce même autobus ont développé la COVID-19. Et personne n’a développé la COVID dans l’autre autobus dans les semaines qui ont suivi», indique Michel Camus, épidémiologiste retraité de Santé Canada.

«C’est au moins 40 fois plus de risque dans l’autobus où il y avait le cas initial que dans l’autre où il n’y avait aucun cas», note-t-il.

Selon lui, «cette étude apporte un appui à la thèse de la transmission par aérosols» car cela suggère que la transmission du virus «était homogène dans tout l’autobus indépendamment de la distance avec la personne contaminée».

En effet, ce ne sont pas seulement les passagers assis proche du cas initial qui ont été infectés.

«La proximité n’augmentait pas le risque et donc ça favorise la thèse des aérosols, plus que des gouttelettes dans ce cas-là», déclare M. Camus.

Plusieurs modes de transmission du virus

Un peu plus tôt cet été, près de 200 scientifiques internationaux avaient appelé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à reconnaître la possibilité de transmission aérienne du nouveau coronavirus.

Au cours des derniers mois, «des évènements ont montré qu’il y avait eu des cas de contamination dans des restaurants entre des gens qui n’étaient pas proches les uns des autres», indique M. Camus.

Ce qui exclut selon lui la contamination par gouttelettes, dans le cas de cette étude.

«Il y avait alors une autre façon de transmettre le virus, ce sont des aérosols, qui sont des plus petites gouttelettes si on peut dire, qui eux sont tellement légers qu’ils ne vont pas se déposer, ils vont simplement être portés par l’air et donc [aller] beaucoup plus loin.» – Michel Camus, épidémiologiste retraité de Santé Canada

Pour M. Camus, il faut prendre conscience qu’il y a «deux modes de contaminations principaux: les gouttelettes et les aérosols». Et il est central de chercher à les «réduire d’une manière ou d’une autre».

Le risque dans les transports

En se basant sur les résultats de l’étude de revue médicale internationale, M. Camus indique «qu’il y a un risque accru [de contamination] dans les transports collectifs, peut-être davantage dans un autobus avec climatisation et fenêtres fermées».

Dans les autobus pour un long trajet, où les fenêtres sont closes et que la climatisation est en route, le risque est plus fort que dans le transport en commun. Mais M. Camus note un risque de transmission par aérosol dans le métro et dans les autobus municipaux.

«Les gens sont facilement 20-30 minutes dans [le métro ou un autobus de la Ville]. Même si ce n’est pas pendant 50 minutes [comme dans l’étude], c’est quand même une durée appréciable où il peut y avoir un échange de contamination», souligne l’épidémiologiste retraité de Santé Canada.

L’étude met de l’avant selon lui que le risque de contamination est élevé «dans un espace clos, mais à l’intérieur duquel il y avait de l’air climatisé» rendant alors «l’air homogène dans tout l’autobus».

Articles similaires