Sports

Les Red Sox accèdent à la Série mondiale

David J. Phillip / The Associated Press Photo: David J. Phillip

HOUSTON — Rafael Devers et J.D. Martinez ont sorti leur coup de canon face à Justin Verlander et ont permis aux Red Sox de Boston de se qualifier pour la Série mondiale grâce à un gain de 4-1 devant les Astros de Houston, jeudi soir, lors de la cinquième rencontre de la série de championnat de la Ligue américaine.

Avec des coureurs positionnés au premier et au troisième coussin, Devers s’est élancé sur le premier lancer de Verlander et a envoyé la balle dans les gradins du champ gauche pour permettre aux Red Sox de se forger une avance de 4-0.

Les Red Sox ont enchaîné quatre victoires pour se qualifier en Série mondiale pour la première fois depuis 2013. Après avoir remporté 108 duels cette saison, les hommes d’Alex Cora amorceront la bataille finale mardi soir, au Fenway Park. Ils croiseront le fer avec le vainqueur de la série de championnat de la Ligue nationale qui oppose les Dodgers de Los Angeles aux Brewers de Milwaukee.

«Nous avons besoin de quatre autres victoires. C’était très, très spécial, vraiment. Mais nous voulons plus», a déclaré David Price, qui a récolté sa toute première victoire en séries éliminatoires.

Le voltigeur de gauche Andrew Benintendi a attrapé un long ballon pour réaliser le dernier retrait du match — pas aussi dramatique que son attrapé spectaculaire de la veille. Après coup, les joueurs ont couru pour se regrouper et prendre le temps de savourer la victoire tous ensemble.

Malgré leur fiche impressionnante, les Red Sox n’étaient pas les favoris dans cette série face aux champions en titre, qui ont écrasé les Indians dans la série de sections un peu plus tôt en octobre.

Les Jose Altuve, Carlos Correa et George Springer n’ont cependant pas été en mesure de s’imposer dans cette série. Aucune équipe depuis les Yankees de New York, de 1998 à 2000, n’a été en mesure de remporter deux séries mondiales d’affilée.

En troisième manche, J.D. Martinez a brisé l’égalité de 0-0 en cognant un circuit en solo en direction du champ gauche pour donner une mince avance aux siens.

Price s’est occupé de livrer la marchandise au monticule.

Avec un dossier de 0-9 en séries éliminatoires, Price (1-0) a prouvé à ses détracteurs qu’il pouvait être un joueur d’impact lorsque ça comptait. De retour dans la formation après seulement trois jours de repos en raison de l’absence de Chris Sale — qui a été hospitalisé après avoir subi un malaise à l’estomac — le partant des Red Sox a concédé trois coups sûrs et a quitté le monticule après avoir été parfait en cinquième et en sixième manche. Au total, il a effectué neuf retraits sur des prises.

Dans la défaite, Verlander (1-1) a alloué quatre points en sept coups sûrs et deux buts sur balles, tout en retirant quatre frappeurs au bâton.

«La Série mondiale était la seule preuve concrète qui allait nous faire comprendre à quel point nous avions accompli beaucoup de choses cette saison, a reconnu le gérant des Astros, A.J. Hinch. C’est un peu un sentiment de vide lorsque la saison prend fin abruptement comme ça.»

Contrairement au duel précédent, les Red Sox ont été en mesure de conserver leur avance.

Après avoir retiré Carlos Correa et Yuri Gurriel, Matt Barnes a concédé une longue balle à Marwin Gonzalez, l’un des meilleurs pointeurs des Astros. Tout comme les joueurs des Red Sox, la balle de Barnes est atterrie dans les estrades de gauche, alors que le compte était de deux balles et deux prises.

Barnes a été remplacé par Nathan Eovaldi à la suite du but sur balles qu’il donné à Tony Kemp, tout juste après le circuit.

Craig Kimbrel a fait durer le suspense en neuvième manche, allouant un but sur balles à Yuri Gurriel. Il s’est toutefois retroussé les manches et a enchaîné deux retraits pour mettre fin au supplice, obtenant le sauvetage.

Martinez atteint la Série mondiale après avoir battu l’équipe qui l’a libéré lors du camp d’entraînement printanier il y a quatre ans.

«La victoire est un peu meilleure, évidemment, a-t-il soutenu. Mais c’est le genre de chose que j’ai réussi à passer par-dessus et je suis ici en raison du mal que j’ai surmonté pour me rendre là où je suis aujourd’hui.»

«De signer 108 victoires dans une saison, tu dois certainement avoir une équipe compétitive et je pense que c’est ce qui a fait la différence dans cette série. Dans toutes les séries éliminatoires en fait», a ajouté Martinez.

Articles récents du même sujet