Sports

Les Oilers ont limogé Peter Chiarelli

Les Oilers ont limogé Peter Chiarelli
Photo by: Codie McLachlan/La Presse canadienneEdmonton Oilers general manager Peter Chiarelli speaks to the media during the Edmonton Oilers' end-of-the-year press conference in Edmonton, Alta., on Sunday, April 10, 2016. Chiarelli has been fired as general manager of the Edmonton Oilers, according to multiple media reports. THE CANADIAN PRESS/Codie McLachlan

EDMONTON — Les Oilers d’Edmonton ont congédié Peter Chiarelli qui occupait les fonctions de président des opérations hockey et directeur général.

La nouvelle a été confirmée lors d’une conférence de presse tenue mercredi. Les Oilers ont indiqué que Chiarelli avait été informé de la décision au deuxième entracte du match perdu 3-2 à domicile, mardi, aux mains des Red Wings de Detroit.

Bob Nicholson, chef de la direction/vice-président du groupe Oilers Entertainment, supervisera les opérations hockey en attendant qu’un nouveau d.g. soit nommé. Le directeur général adjoint Keith Gretzky héritera de plusieurs des responsabilités de Chiarelli entre-temps.

«Il y a quelque chose dans l’eau, ici à Edmonton, qui fait en sorte que nous ne faisons pas les choses convenablement, a imagé Nicholson. Nous devons trouver quel est le problème.»

Les Oilers ont subi une troisième défaite consécutive mardi soir, s’inclinant 3-2 aux mains des Red Wings de Detroit à domicile. Ce revers a laissé la formation albertaine au 12e rang du classement général de l’Association Ouest, à trois points d’une place potentielle dans les séries éliminatoires.

Les Oilers entament la pause du match des Étoiles avec une fiche cumulative de 23-24-3 pour 49 points. Ils sont en danger de rater les séries éliminatoires pour une deuxième saison consécutive et pour la troisième fois en quatre ans depuis l’arrivée de Chiarelli.

Les Oilers joueront leur prochain match le samedi 2 février, à Philadelphie avant de rendre visite au Canadien le lendemain après-midi.

Deux mois plus tard, les Oilers réclamaient Connor McDavid avec le tout premier choix du repêchage, mais Chiarelli a eu de la difficulté à greffer les éléments requis pour évoluer aux côtés de celui qui a gagné le trophée Art-Ross lors de chacune des deux dernières saisons.

«Je crois sincèrement que nous ne sommes pas en reconstruction, a affirmé Nicholson. Nous avons le meilleur joueur au monde et d’autres très bons joueurs dans ce vestiaire. Est-ce qu’on doit leur greffer d’autres éléments? Oui. Mais je crois vraiment que les solutions se trouvent dans le vestiaire.»

Le plus récent geste de Chiarelli aura été d’accorder, lundi, une prolongation de contrat de trois saisons au gardien Mikko Koskinen, à un salaire annuel moyen de 4,5 millions $ US, même si Koskinen est âgé de 30 ans et qu’il n’avait joué que dans 27 matchs avec les Oilers.

Nicholson a toutefois indiqué que cette décision avait été prise en groupe.

«Nous n’allons pas échanger nos actifs pour tenter de régler à la hâte nos problèmes, a ajouté Nicholson. Nous effectuerons des transactions à la date limite si elles nous permettent de participer aux séries, mais nous n’hypothéquerons pas notre avenir.»

En 2015-2016, Chiarelli a annoncé l’embauche de Todd McLellan au poste d’entraîneur-chef, mais un lent départ cette saison a mené au congédiement de McLellan en novembre et à l’embauche du vétéran Ken Hitchcock.

Depuis l’arrivée de Chiarelli, les Oilers affichent un dossier global de 137-133-26. Ils n’ont participé aux séries éliminatoires qu’une seule fois, en 2017, subissant l’élimination en deuxième ronde.

Au cours des huit dernières années, les Oilers ont eu huit entraîneurs-chefs et trois directeurs généraux.

Originaire de Nepean, en banlieue ouest d’Ottawa, Chiarelli avait été engagé par les Oilers le 23 avril 2015, quelques jours après avoir été congédié par les Bruins de Boston, qu’il avait menés à la conquête de la coupe Stanley en 2011.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *