Sports

Galchenyuk ne retient que du positif de Montréal

Galchenyuk ne retient que du positif de Montréal
Josie Lepe / The Associated Press

MONTRÉAL — Le séjour de six saisons d’Alex Galchenyuk avec le Canadien a été rempli de hauts et de bas, mais le principal intéressé ne retient que du positif de son expérience à Montréal.

À quelques heures d’un premier match au Centre Bell dans l’uniforme des Coyotes de l’Arizona, Galchenyuk a admis qu’il avait particulièrement hâte de sauter sur la glace dans l’édifice où il a entamé sa carrière en janvier 2013.

«Je me souviens de tellement de grands matchs et j’ai vécu de nombreux bons moments dans cet aréna», a rappelé Galchenyuk.

«J’ai tellement de bons souvenirs. Mon premier but, mes buts en prolongation, les victoires, nos matchs en séries éliminatoires. La liste est longue.»

Galchenyuk a accumulé 108 buts et 147 aides en 418 matchs de saison régulière avec le Tricolore, qui l’avait sélectionné au troisième rang du repêchage de 2012.

D’abord étiqueté comme le centre numéro un d’avenir de l’équipe, il a commencé sa carrière à l’aile. Puis, l’expérience a éventuellement été tentée au centre. Mais les entraîneurs Michel Therrien et Claude Julien n’ont pas été suffisamment impressionnés pour le garder au centre.

Pendant deux de ses trois dernières campagnes avec le Canadien, Galchenyuk a été bombardé de questions sur son utilisation. Ça, il ne s’en ennuie pas — l’attention médiatique quotidienne. Et quand il a été questionné sur les conseils qu’il donnerait à Jesperi Kotkaniemi, qui se retrouve à son tour avec le Canadien à l’âge de 18 ans avec l’étiquette de centre numéro un d’avenir, Galchenyuk a fait preuve de sagesse.

«Il faut s’amuser, rester soi-même et jouer son jeu, a répondu celui qui célébrera son 25e anniversaire de naissance le 12 février. Il ne faut pas trop lire ce qui est dit à son sujet. Je me rappelle qu’il y a quelques années, (Tomas) Plekanec avait dit que vous n’êtes jamais aussi bon et jamais aussi mauvais que les médias le disent. Je pense qu’il y a une part de vérité dans cet énoncé.»

Malgré les critiques à son endroit au cours des années, Galchenyuk dit que Montréal aura toujours une place spéciale dans son coeur en raison notamment de la passion des partisans.

«Quand je pense à mon séjour ici, il n’y a que du positif, a-t-il dit. J’ai adoré jouer ici et j’ai plein de bons souvenirs. Je me souviens que nous avions commencé une saison avec une fiche de 10-1 ou 10-0. Nous étions revenus à domicile et nous n’avions pas marqué lors des deux premiers avantages numériques et même pas décoché de tir. La foule avait commencé à huer! Je n’oublierai jamais ça. Ça démontre la passion de cette ville.»

Échangé aux Coyotes le 15 juin dernier en retour de Max Domi, Galchenyuk dit se plaire maintenant en Arizona. Avant le match de mercredi face au Canadien, Galchenyuk avait accumulé huit buts et 17 aides en 39 parties cette saison, dont cinq buts et neuf aides en 15 rencontres depuis le 22 décembre.

Les Coyotes surprennent aussi, eux qui se retrouvaient à deux points d’une place en séries éliminatoires dans l’Association de l’Ouest avant les matchs de mercredi. Ils avaient gagné six de leurs huit dernières parties (6-1-1).

De plus, les Coyotes y sont parvenus malgré une infirmerie achalandée. Le gardien Antti Raanta (bas du corps), le défenseur Jason Demers (bas du corps) et les attaquants Christian Dvorak (haut du corps), Michael Grabner (haut du corps), Nick Schmaltz (bas du corps) et Brad Richardson (haut du corps) sont tous sur la touche.

Pour sa part, le défenseur étoile Oliver Ekman-Larsson est tombé au combat mardi, dans une victoire de 3-2 face aux Sénateurs d’Ottawa, et la durée de son absence est encore indéterminée.

«Nous sommes solidaires, a dit Galchenyuk. Nous avons un groupe qui a du caractère même si le noyau est jeune. Quand nous respectons notre système, nous sommes difficiles à battre. Bien sûr que les blessures font mal, mais nous trouvons le moyen de nous en sortir.»

Galchenyuk a indiqué avoir gardé contact avec quelques joueurs du Canadien, notamment Brendan Gallagher et Jonathan Drouin. Il a aussi dit continuer de suivre l’évolution de la saison du Canadien. Mais son avenir est maintenant en Arizona.

«C’est un nouveau départ avec une jeune équipe, a-t-il affirmé. Nous jouons du bon hockey et nous voulons prendre notre envol et nous qualifier pour les séries. Je suis heureux en Arizona.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *