National
20:39 13 mai 2015 | mise à jour le: 14 mai 2015 à 00:33 Temps de lecture: 3 minutes

Le Québec dans le monde: L’Impact, la CONCACAF et le retour à la MLS

Le Québec dans le monde: L’Impact, la CONCACAF et le retour à la MLS
Photo: collaboration spéciale

Chaque semaine, Influence Communication surveille et analyse pour Métro la couverture internationale du Québec dans 160 pays du monde et en 22 langues.

Après un parcours historique en Ligue des champions de la CONCACAF, l’Impact est de retour au jeu sur les terrains de la MLS. Si l’expérience en Ligue des champions a marqué les joueurs et les partisans, elle aura aussi permis à l’image de marque de l’équipe de s’améliorer dans la presse étrangère.

Sans jeu de mots, il est indéniable que le passage en Ligue des champions de l’équipe a eu un impact majeur sur la visibilité de celle-ci. D’ailleurs, les chiffres ne mentent pas. Pour l’ensemble des matchs de la phase éliminatoire en Ligue des champions de la CONCACAF, l’Impact de Montréal a été mentionné dans 1 446 éléments de nouvelles. En comparaison, le Bleu-Blanc-Noir a vu sa couverture à l’international atteindre les 1507 éléments de nouvelles… pour l’année 2014 tout entière.

Plus spécifiquement encore, le passage de l’Impact en CONCACAF représente 57% de sa couverture dans les grands quotidiens du monde pour l’année 2015. Cela inclut le suivi du club, les matchs en MLS, les signatures de contrats, etc. Et ces chiffres ne tiennent même pas compte de l’étendue de la couverture au Canada, qui représente près de 2000 autres éléments de nouvelles depuis le début de l’année. Une nouveauté pour le club de Montréal.

Un autre fait intéressant au sujet de cette couverture, c’est l’évolution de celle-ci au fil des victoires de l’Impact. Durant la phase de groupe, d’août à octobre dernier, à peine 19 éléments de nouvelles ont été produits à propos de l’équipe. Les matchs aller-retour en quarts de finale contre Pachuca ont généré 260 éléments de nouvelles; ceux contre Alajuelense, près de 335 éléments de nouvelles; tandis que la grande finale aura permis à l’organisation d’être mentionnée dans plus de 853 nouvelles partout sur la planète, dans la presse écrite. Des chiffres bien loin des retombées médiatiques de l’Impact par le passé en Ligue des champions et, surtout, de la moyenne d’une centaine d’articles à l’étranger par match en saison régulière 2015.

Maintenant que la poussière est retombée et que les joueurs sont prêts à passer à d’autres défis, on note, en regardant les chiffres de la saison régulière, que la presse internationale est, elle aussi, en train de passer à autre chose. Il faut cependant se rappeler qu’il s’agit d’une visibilité inattendue pour l’Impact, mais qui nous a tout de même permis de (re)confirmer une caractéristique de notre propre presse québécoise face au sport: il est difficile, même lorsqu’il s’agit d’une équipe locale, de parler d’autre chose que du Canadien.

Au moment de la finale à Montréal, le Québec n’était d’ailleurs que troisième parmi les régions qui s’intéressaient le plus à l’événement avec 13% du poids médiatique de l’Impact, derrière les États-Unis à 46,7% et le Mexique à 16,8%. Des statistiques qui offraient un ratio de 2 pour 1 en faveur de l’Impact, alors que le Canadien était seul au Québec, avec un ratio de 60 pour 1.

Top 5
Pays ayant le plus parlé de l’Impact de Montréal depuis le 1er janvier 2015

  • États-Unis : 39,80 %
  • Mexique : 10,90 %
  • Costa Rica : 3,10 %
  • Italie : 2,90 %
  • Espagne : 2,70 %

Articles similaires