Séries de la NFL: Quatre affrontements excitants

Un wee-kend de matchs à sens unique s’est terminé avec le match le plus offensif de l’histoire des séries la semaine dernière. Para­doxalement, c’est un jeu défensif en prolongation qui a fait la différence, et l’Arizona l’a emporté face à Green Bay. Voyons voir ce que les matchs de cette fin de semaine nous réservent.          

Arizona c. Nouvelle-Orléans

Si on a eu droit à un pointage de 51 à 45 la semaine dernière, à quoi peut-on s’attendre cette semaine, alors que les Cards visitent Drew Brees? Les Saints sont toutefois la formation ayant le moins de momentum en ce moment. Ils ont perdu leurs trois derniers matchs en saison régulière. Rien de mieux qu’une semaine de préparation et un match contre les Cards pour retrouver le mojo en attaque.

Baltimore c. Indianapolis

Critiquée au cours du dernier mois d’activité pour avoir mis au repos certains joueurs clés, compromettant ainsi tout espoir d’une saison parfaite, l’organisation des Colts doit vraiment espérer une victoire des siens. Imaginez le bordel dans les lignes ouvertes d’Indianapolis si ceux-ci perdaient leur premier match des séries. Les blogues et Twitter qui traitent l’équipe de «twits». Aussi bien pour eux l’emporter contre les Ravens, ce qui pourrait être complexe.

Dallas c. Minnesota
La semaine de repos était certainement la bienvenue pour mononcle Brett Favre, qui a 40 ans. Ses Vikings auront la lourde tâche d’affronter des Cowboys en feu. Brett risque d’ailleurs fort bien de recevoir la visite écrasante de DeMarcus Ware, d’Anthony Spencer et des autres membres d’une défensive sans merci. Avec Adrian Peterson et la course qui en arrachent depuis quelques semaines, ce n’est rien pour aider la santé de Favre!

New York c. San Diego
Si l’équipe de Rex Ryan surprend par sa confiance et son efficacité, elle risque de frapper un mur à San Diego dimanche. Contrairement aux autres hôtes, les Chargers sont sur une lancée victorieuse, ayant remporté leurs 11 derniers matchs. Darrelle Revis, le super demi de coin des Jets, fera ce qu’il a fait tout au long de la saison, soit stopper le receveur numéro un de l’adversaire, mais le quart Philip Rivers a un talent fou – sans compter son ego démesuré et sa grande gueule. Il a aussi Antonio Gates, LaDainian Tomlin­son et le petit Darren Sproles qui risquent de causer un peu de dommage. Un autre excellent match en prévision.

Articles récents du même sujet