Actualités

Élections: le dernier sprint des chefs

Élections: le dernier sprint des chefs
Photo: Pablo Ortiz/MétroC'est le jour des élections et les chefs de partis ont fait leurs bilans de campagne hier pour inciter les électeurs à voter pour eux.

C’est le jour des élections et les chefs de partis ont fait leurs bilans de campagne hier pour inciter les électeurs à voter pour eux. Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Elizabeth May ont passé leur dernière journée de campagne en Colombie-Britannique. Le chef du Bloc Québécois était à Trois-Rivières.

Andrew Scheer, Parti conservateur

Le chef conservateur s’en est encore une fois pris à Justin Trudeau lors de son bilan de campagne à Vancouver. Il a qualifié le mandat de son rival comme quatre années durant lesquelles les Canadiens tombaient en «régression». Andrew Scheer a aussi attaqué une éventuelle coalition entre le Parti libéral et le NPD avançant qu’elle endetterait les Canadiens. Il a également condamné le discours «souverainiste» du Bloc québécois samedi soir à Saint-Jean-sur-Richelieu ajoutant qu’il «va mettre toutes ses ressources au service du Parti québécois et à un autre référendum».

Justin Trudeau, Parti libéral

Lors de son dernier sprint de campagne à Vancouver, Justin Trudeau à vanté le bas taux de chômage et la baisse du taux de pauvreté sous son mandat. Il a lancé des flèches à son rival Andrew Scheer pour son plan environnemental et la publication tardive de son cadre budgétaire. Plus tôt à Port Moody, Justin Trudeau s’en est aussi pris au Bloc québécois suite au discours souverainiste d’Yves-François Blanchet samedi. «On a vu le Bloc québécois nous rappeler que leur priorité c’est la souveraineté du Québec. C’est pas la lutte contre les changements climatiques, c’est pas de lutter contre les coupures conservatrices», a déclaré le premier ministre sortant.

Jagmeet Singh, Nouveau Parti démocratique

À Vancouver, Jagmeet Singh a dit que sa campagne était centrée sur les gens et l’espoir, quelque chose dont il était fier. Il s’est dit honoré d’avoir donné une voix aux personnes qui se sentaient exclues de la politique dans sa campagne. Le chef des néodémocrates a dressé un bilan négatif de la gouvernance de Justin Trudeau, stipulant qu’il ne mérite pas le vote des électeurs. Jagmeet Singh a aussi écorché Andrew Scheer qui selon lui «n’est pas la solution», car «il va couper des taxes pour les plus riches et les services pour le reste». Misant sur la tension entre Andrew Scheer et Justin Trudeau, le néodémorate a appelé les électeurs à ne pas voter stratégiquement. «Vous n’avez pas à choisir entre le mauvais et le pire […] moi je veux ce qu’il y a de mieux pour le Canada et ce qu’il y a de mieux c’est investir dans les gens et non pas les entreprises» a-t-il déclaré. M.Singh a aussi attaqué le Bloc québécois affirmant qu’il ne serait pas capable de travailler avec le reste du Canada.

Yves-François Blanchet, Bloc québécois

Lors de son dernier point de presse, le chef du Bloc québécois a qualifié sa campagne de souriante et positive agrémentée de propositions concrètes. Il a qualifié la position de son parti de nationalisme économique. M. Blanchet a réitéré les engagements de sa formation politique. Concernant les attaques de ses rivaux, le chef du Bloc a répondu en disant que «la souveraineté ce n’est pas pour maintenant» lors d’un point de presse à Lavaltrie.

Elizabeth May, Parti vert

Elizabeth May a exigé une réforme du mode de scrutin. La chef du Parti vert a déclaré qu’un gouvernement formé par son parti s’assurerait que les élections de 2019 seront les dernières à utiliser le mode de scrutin actuel. Elle a critiqué le premier ministre sortant pour ne pas avoir respecté son engagement en ce sens lors de son mandat. Le Parti vert a également promis d’abaisser l’âge de vote à 16 ans. Elizabeth May a aussi critiqué les publicités électorales trompeuses qui ont «gâché la campagne de 2019». Le Parti vert a promis d’habiliter le commissaire aux élections à enquêter sur les plaintes des citoyens au sujet des publicités électorales trompeuses et à imposer des sanctions si ces plaintes étaient retenues.