Actualités

Faire œuvre utile

Faire œuvre utile
Photo: GracieusetéFarhan Khandaker est fier contribuer à la réussite scolaire des jeunes de sa communauté.

Un élève du Sud-Ouest, Farhan Khandaker, est parmi les 37 récipiendaires du prix Leviers qui souligne son engagement dans la communauté. Il fait du bénévolat auprès de jeunes immigrants.

Une cérémonie protocolaire s’est tenue dernièrement à l’Assemblée nationale du Québec en compagnie des députés, ministres et lauréats. Au lendemain de l’obtention de son prix, l’adolescent semblait encore surpris de cette attention à son égard.

«Je n’aurais jamais pensé recevoir une telle récompense à cause de mon bénévolat auprès des jeunes», dit-il, en toute humilité. Durant les vacances d’été en 2018, sa mère l’a forcé à quitter son écran d’ordinateur afin de faire quelque chose d’utile.

De passage au Centre d’aide à la réussite et au développement (CARD), l’adolescent de 15 ans s’est inscrit comme aide-moniteur bénévole à temps partiel pour le camp d’été de l’organisme. «Son implication a contribué à une bonne planification des activités du camp et à une gestion efficiente de nos journées», témoigne Claudia Olga Ouamabia.

Bénévole en chef

Un an plus tard, il a eu envie de s’engager de nouveau. Cette fois, il a pris davantage de responsabilités en mettant en place une structure des activités durant l’été. «On m’a surnommé le bénévole en chef», ricane-t-il.

Depuis le début de l’année scolaire, l’élève de quatrième secondaire à l’école Honoré-Mercier s’occupe du lundi au jeudi des jeunes élèves qui viennent des écoles environnantes. Plusieurs d’entre eux sont issus d’une communauté culturelle. Certains parents ressentent avec acuité la barrière linguistique.

«Ils ont souvent une éducation différente dans leur pays d’origine et j’aide alors les enfants dans leurs devoirs», raconte Farhan, né au Québec, mais dont les parents sont originaires du Bangladesh.

Sourire en coin, il témoigne de sa fierté. «Je sens que j’ai un impact positif sur eux», confie-t-il. Au début de l’année scolaire, l’adolescent montre aux petits du primaire à se servir d’un dictionnaire. «Je leur dit: ‘‘ce livre-là, c’est ton meilleur ami.’’»

La fondatrice de l’organisme CARD admire le leadership de Farhan Khandaker. «Par son sens des responsabilités et son sérieux, il est un modèle et une source d’inspiration pour les autres animateurs du camp dont plusieurs occupent un emploi pour la toute première fois», ajoute Mme Ouamabia.

Faciliter l’intégration des immigrants

Le Centre d’aide à la réussite et au développement CARD est un organisme communautaire sans but lucratif qui travaille pour la réussite et le développement des jeunes dans le Sud-Ouest de Montréal. Sa création en 2006 a permis d’accélérer, entre autres, la réussite scolaire des enfants d’immigrants. Au-delà de l’aspect académique, l’organisme les aide à réussir leur intégration dans la société québécoise.

Depuis 10 ans, 15 jeunes ont été récompensés pour leur engagement au sein d’un organisme communautaire, membre du Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec.