Actualités
10:36 26 octobre 2020 | mise à jour le: 26 octobre 2020 à 13:10 temps de lecture: 3 minutes

La SDC du Village de Montréal souhaite se transformer

La SDC du Village de Montréal souhaite se transformer
Photo: Yves Provencher/MétroVillage Montréal compte près de 300 entreprises réparties sur Sainte-Catherine Est, entre Saint-Hubert et Cartier, et sur Atateken, entre René-Lévesque et Robin.

La Société de développement commercial (SDC) du Village de Montréal souhaite jouer un rôle plus important dans le développement socioéconomique de son quartier. Dans un manifeste publié lundi, la SDC, renommée Village Montréal, prend de nouveaux engagements concernant la sécurité, l’inclusivité et l’aménagement, entre autres.

Dans son manifeste, la SDC reconnait qu’elle a manqué l’occasion de tisser des liens de proximité avec ses membres et de répondre à plusieurs autres enjeux des membres et des clientèles, depuis sa fondation en 2006.

«Le Village doit devenir un territoire sécuritaire, d’avant-garde et de grande inclusivité où il fait bon faire des affaires», déclare-t-on.

Réévaluation du rôle de la police

Bien que le lien d’appartenance des communautés 2SLGBTQ+ envers le Village est fort, le sentiment de sécurité n’est pas au rendez-vous, indique la SDC. L’organisme s’appuie notamment sur un rapport ethnographique commandé en amont du manifeste.

Village Montréal exige donc que la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec déploient des ressources spécialisées abondantes et préventives.

La SDC demande aussi que ces ressources soient efficacement coordonnées par tous les acteurs du milieu, dont la police. 

Elle propose qu’un groupe de travail soit mis sur pied pour étudier les politiques de la Ville de Vancouver. Cette dernière a retiré aux policiers les interventions sociales et de santé mentale.

Inclusivité

Les individus issus des communautés 2SLGBTQ+ subissent de la discrimination sexuelle et de genre au sein même du Village, reconnaît la SDC. Il y a aussi du sexisme, du racisme et de la transphobie.

Village Montréal s’engage donc à ce que l’écosystème social devienne réellement inclusif. 

Pour ce faire, la nouvelle équipe administrant la SDC compte notamment former son personnel et les employé des entreprises du Village à des pratiques et attitudes antiracistes et anti-LGBTphobes.

Il est aussi question de promouvoir le logement social LGBTQ+ et d’appuyer les demandes d’Espace LGBTQ+ en matière d’espaces communautaires et commerciaux.

Milieu de vie

Avec la disparition en 2019 de l’installation «18 nuances de gai» de Claude Cormier, Village Montréal désire aussi se renouveler en offrant un aménagement dimensionnel.

La SDC demande la collaboration de la Ville de Montréal pour poursuivre la piétonnisation estivale et déployer du mobilier urbain, des installations interactives, ludiques et sécuritaires, ainsi que de l’animation sur tout le territoire.

Cela devrait venir avec des investissements suffisants, ajoute-t-on. 

La SDC sollicite l’appui des trois paliers de gouvernement pour notamment mettre en place des locaux incubateurs pour accueillir de nouveaux entrepreneurs indépendants. 

Dans son manifeste, Village Montréal estime que l’offre commerciale du Village se tient sur «un dangereux seuil d’homogénéité». 

Le manifeste de Village Montréal a été déposé dans le cadre des consultations du Programme particulier d’urbanisme (PPU) des Faubourgs. Il a également été, ou sera prochainement, présenté aux élu.es des trois paliers de gouvernement.

 

Articles similaires