09:16 25 mars 2021 | mise à jour le: 8 juin 2021 à 09:19 Temps de lecture: 4 minutes

Première dose de vaccin: une réponse plus faible pour les aînés en CHSLD

Première dose de vaccin: une réponse plus faible pour les aînés en CHSLD
Photo: Courtoisie/CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Une seule dose du vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 produit une réponse anticorps beaucoup plus faible chez les résidents de CHSLD que chez les jeunes adultes en santé.

C’est ce que révèle une nouvelle étude menée dans des établissements de soins de longue durée de Vancouver, la première à évaluer la réponse immunitaire aux vaccins contre la COVID-19 dans cette population vulnérable au Canada.

Les résultats sont disponibles en prépublication sur le site medRxiv. Ce qui veut dire qu’ils doivent encore faire l’objet d’un examen par les pairs. Mais l’étude soulève des questions quant au meilleur moment pour administrer la deuxième dose de vaccin aux personnes âgées.

En effet, l’étude indique que les personnes d’un âge avancé, après la première dose d’une stratégie de vaccination à deux doses, sont moins capables de générer une réponse anticorps aussi forte que des adultes plus jeunes, tant sur le plan de la portée que de la fonction.

Reste à voir si cette observation s’applique également aux personnes âgées vivant dans la communauté, explique le professeur agrégé de clinique au département de pathologie et de médecine de laboratoire de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), Dr Marc Romey.

«Cela pourrait permettre de déterminer le moment optimal pour administrer la deuxième dose à cette population», ajoute celui qui est aussi responsable médical de la microbiologie médicale et de la virologie au St. Paul’s Hospital, Providence Health Care.

Réponse anticorps différente

Dr Romey et l’équipe de recherche ont analysé des échantillons de sang prélevés avant la vaccination chez des résidents et des membres du personnel d’établissements de soins de longue durée de la région métropolitaine de Vancouver.

Ceux-ci ont fourni des données de base permettant aux chercheurs de mesurer les changements après que les participants ont reçu leur première dose de vaccin.

«Une réponse anticorps intense a été déclenchée chez les personnes jeunes et en bonne santé après l’administration d’une dose unique de vaccin, alors que la réponse n’était manifestement pas aussi forte chez les personnes âgées», explique Dr Romney.

Selon lui, cela signifie que certaines personnes âgées, peu importe leur lieu de résidence, peuvent être protégées de manière incomplète après leur dose initiale.

L’étude arrive alors que le Québec se déconfine progressivement, même en zone rouge comme à Montréal. Non seulement certaines activités publiques sont désormais permises, mais le gouvernement a aussi annoncé que les CHSLD où la plupart des résidents ont reçu une première dose pourront ouvrir les salles à manger communes pour briser l’isolement.

Protégés pendant des semaines

Or, les infections contractées après une première dose de vaccin entraînant une forme grave de la maladie restent extrêmement rares. 

Des données cliniques provenant du Canada et du Royaume-Uni montrent que les personnes âgées sont bien protégées pendant de nombreuses semaines par une seule dose d’un vaccin, indique le directeur général du Groupe de travail sur l’immunité contre la COVID-19, qui a financé l’étude, Dr Tim Evans. 

«Néanmoins, ces résultats nous rappellent qu’il peut y avoir des limites à l’espacement des doses pour les personnes âgées et d’autres segments de la population», dit-il. Selon lui, une surveillance post-vaccinale étroite est essentielle.

Immunité cellulaire

Le médecin conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) Nicholas Brousseau, rappelle que l’efficacité du vaccin chez les personnes en CHSLD est «quand même très bonne. On est dans des valeurs d’environ 80%», émet-il.

Dans l’étude de l’UBC, les chercheurs ont mesuré les anticorps, mais n’ont pas évalué une autre forme d’immunité appellé «l’imunité cellulaire», ajoute M. Brousseau. «C’est nos cellules qui viennent attaquer le virus. Même s’il y a moins d’anticorps, les personnes âgées peuvent quand même avoir une bonne réponse cellulaire», explique-t-il.

Par ailleurs, le médecin conseil indique qu’il y a un «décalage» entre la réponse des plus jeunes au vaccin et celle des personnes âgées.

Il reste que s’il y avait des changements à faire à la lumière des données d’efficacité, l’intervalle des doses de vaccin pourrait être adaptée. «Mais pour l’instant, la stratégie semble fonctionner», précise Nicholas Brousseau.

 

Articles similaires