Actualités

Le Festival Go vélo coupe la route aux autos avec Émile Bilodeau

Émile Bilodeau
Émile Bilodeau, porte-parole du Festival Go vélo. Photo: Pascal Gaxet/Métro

L’édition 2021 du Festival Go vélo fera de la place aux cyclistes et «coupera la route» aux autos dans les rues montréalaises, sur deux parcours fermés à la circulation pour une édition de nuit et de jour. Le porte-parole du festival, Émile Bilodeau, y prendra part dimanche.

Le Tour la nuit affiche déjà complet avec 6000 cyclistes inscrits, mais le Tour de l’île dimanche 29 août de 9 h à 13 h est encore accessible. Ce dernier promet un parcours de 33 km sur 8 arrondissements différents, le tout, entièrement fermé à la circulation automobile. «Voilà une belle activité à faire en famille ou entre amis en roulant les 33 km du Tour», explique Jean-François Rheault, président-directeur général de Vélo Québec, instigateur du festival.

Tour la nuit 2021 se déroulera vendredi 27 août avec un départ à 20 h et une fin des activités prévue pour minuit. Le parcours de 22 km sera emprunté par 6000 participants qui ont rendu l’édition 2021 complète.

Mesures sanitaires obligent, les cyclistes doivent choisir une plage horaire et un point d’entrée au parcours parmi les huit proposés lors de leur inscription.

Émile Bilodeau rime avec Festival Go vélo

L’auteur-compositeur-interprète, Émile Bilodeau est pour la troisième année le porte-parole du festival. Entre Vélo Québec et Émile Bilodeau, c’est une affaire qui roule. «C’est une affaire qui a bien commencé et je pense être un bon porte-parole», dit-il.

Il sera d’ailleurs présent pour le Tour de l’île le dimanche 29 août de 9 h à 13 h. «Je ferais le parcours avec des amis et quiconque veut m’accompagner.»

«L’amour que j’ai pour le vélo, c’est déjà parce que je n’ai pas mon permis. C’est de loin le moyen de transport le plus efficace pour le nouveau montréalais que je suis.» L’artiste a troqué le métro pour le deux roues, et il y tient beaucoup puisque il cadenasse son vélo Garneau par deux fois lorsqu’il le quitte. «Je prends pas de chance. Un cadenas devant et un derrière.»

Même s’il avoue être un novice dans tous les éléments techniques d’un vélo, il se dit en apprentissage et s’améliore de jour en jour. À l’époque de l’écriture de sa chanson «Ça va», il n’embrassait pas encore le mode de vie cycliste. Dans cette chanson, quand «Dieu en char» lui propose un lift, Émile répond: «j’ai dit non, ça va, je vais marcher».

L’artiste avoue une fascination pour ce que représente l’effort cycliste. «Ce que je trouve impressionnant, c’est de voir , après des centaines de kilomètres, des athlètes faire encore un sprint final. Ça prend de la force mentale et du cœur. Ça représente bien l’effort supplémentaire qu’une personne doit faire pour atteindre un rêve», image-t-il.

La pandémie, nouveau terreau musical pour Émile

La pandémie est venue chambouler l’artiste. «Depuis toujours, j’écris des chansons joyeuses et remplies d’espoir mais la pandémie est venue dévoiler un pan plus sombre de ma personnalité. J’ai sauté à pieds joints là-dedans et cela m’a transcendé», décrit-il.

Après avoir subi des annulations de tournée pour son album «Grandeur mature» en 2020, Émile va reprendre la route avec son nouvel album «Petite nature». «Petite nature, c’est un peu synonyme de « t’es pas game ». Cet album va me permettre d’aborder des thèmes comme le racisme, les amitiés déchues, la maladie mentale ou le capitalisme», explique-t-il.

Il se produira le 5 novembre prochain au MTelus de Montréal pour reprendre son spectacle annulé du 25 avril 2020, mais en présentant son nouvel album «Petite nature».

Tour la nuit 2021 affiche complet avec ses 6000 participants, mais me Tour de l’île est encore disponible.

Articles récents du même sujet