Actualités

Montréal investit 5,5 M$ dans la lutte contre les violences armées

Valérie Plante, mairesse de Montréal, devant un drapeau de la Ville
Valérie Plante, mairesse de Montréal Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors que les incidents de violence armée se font de plus en plus fréquents dans les rues de la métropole, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé dimanche un soutien financier additionnel de 5,5 M$ au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) afin de bonifier ses effectifs. Quelque 42 policiers et civils s’ajouteront au corps de police montréalais afin d’agir en renfort aux équipes d’enquête et de lutte contre les groupes criminalisés.

Le SPVM pourra, grâce à cet investissement, combler le renfort au sein de l’unité ÉCLIPSE et bonifiera cette équipe avec l’embauche de 28 nouvelles ressources. L’unité ÉCLIPSE travaillera en soutien aux autres équipes du SPVM pour lutter contre les violences armées, notamment en procédant à la cueillette de renseignements sur les groupes criminalisés.

Cette somme permettra également l’embauche de civils et de policiers, 14 ressources au total, pour venir en renfort et soutenir les équipes d’enquête du SPVM. Ces derniers agiront en soutien aux enquêtes, ce qui permettra au SPVM d’allouer des ressources là où les besoins se font sentir.

«L’augmentation récente des violences armées nous force à agir rapidement et efficacement. C’est ce que nous faisons encore une fois aujourd’hui. Depuis le début de l’année, nous avons intensifié notre soutien envers le SPVM et allons continuer en ce sens afin d’enrayer cette violence le plus rapidement possible. Actuellement, ma priorité numéro un est de maintenir le statut sécuritaire de notre métropole», a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Ces embauches seront réalisées d’ici la fin de l’année.

«Concrètement, ce renfort d’effectifs additionnels nous permettra de bonifier nos interventions à deux niveaux: la présence policière active en uniforme et le soutien spécialisé en enquêtes criminelles», déclare de son côté Sylvain Caron, le directeur du SPVM.

Le parti Ensemble Montréal a réagi par le truchement de Karine Boivin Roy, la leader de l’Opposition officielle ainsi que Abdelhaq Sari, le porte-parole de l’Opposition officielle en matière de sécurité publique, dimanche.

L’annonce de Projet Montréal est «trop peu et trop tard» pour faire face aux enjeux de violence armée selon eux.

«Cela fait plus d’un an que l’administration Plante a été alarmée de la recrudescence des activités criminelles à Montréal. La ville aurait dû agir bien avant et cette annonce tardive ne constitue qu’une considération électorale, d’autant plus qu’il n’y aura aucun ajout d’effectifs avant 2022», soutiennent-ils dans une déclaration envoyée à Métro.

Articles récents du même sujet