Actualités

Faubourgs: la Ville limite le logement social et abordable, dit l’IDU

Photo: Marc-André Carignan

L’Institut de développement économique fustige la Ville de Montréal pour un futur règlement encadrant le redéveloppement du secteur des Faubourgs, dans l’est du centre-ville. Dans une lettre envoyée à la mairesse, l’organisme estime que le règlement limite la possibilité de créer du logement social, familial et abordable.

Le règlement en question limiterait de la superficie plancher à 750 m² pour les étages supérieurs des futurs immeubles Ceci limiterait l’offre de logements abordables, sociaux et familiaux en plus d’augmenter leur coût, soutient le président de l’Institut de développement urbain (IDU), Jean-Marc Fournier.

Ladite modification aurait des conséquences directes sur l’offre de logements de ce quartier situé à l’entrée Est du centre-ville, alors même que c’est un besoin exprimé et réitéré à cause des effets de la pandémie sur le cœur économique de Montréal, précise M. Fournier. Celui-ci ajoute que cela va à l’encontre de la vision de la Ville, qui veut augmenter l’offre de logements abordables, familiaux et sociaux.

À partir du moment où on réduit la superficie, on construit moins d’unités et les prix augmentent. Le coût de la construction et des équipements associés va se transférer vers moins d’unités. Cela va affecter l’offre de logements alors qu’on a justement un problème d’offre de logements. L’implantation d’unités familiales serait par la même occasion plus compliquée, car elles sont plus volumineuses avec deux ou trois chambres.

Jean-Marc Fournier PDG de l’IDU

D’après les différents mémoires présentés à la Ville de Montréal, d’autres effets néfastes vont être engendrés par ce règlement au niveau de l’efficacité énergétique des bâtiments ou même de l’implantation de commerces. Le professeur émérite à HEC Montréal, Jacques Nantel, indique que la réduction de densité imposée par le règlement affectera l’intérêt pour les commerçants de proximité de s’y implanter. Il conclut au risque de faire de cette entrée de ville, «un désert commercial». Là aussi, cela va à l’encontre de la vision de la ville lance M. Fournier.

Le programme particulier d’urbanisme (PPU) du secteur des Faubourgs initial prévoyait des limitations de plancher, mais la Ville a pris en compte les recommandations de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) et retiré cette limitation. «La commission recommande d’autoriser des superficies de plancher plus importantes afin de favoriser la construction d’immeubles en hauteur qui soient écologiques et abordables», lit-on dans le rapport de l’OCPM.

Toutefois, la Ville envisage le 14 septembre prochain, via un règlement de concordance, de limiter la superficie de plancher à 750 m². Le but pourrait être d’«affiner» le secteur puisque des ajouts au règlement mentionnent des mesures visant à «préserver la relation visuelle avec le fleuve». «On peut imaginer que l’objectif soit esthétique, mais c’est une fausse perception. J’espère que la Ville entendra les appels de tous les experts.» M. Fournier pense que des projets au-delà de 750 m² sont visuellement compatibles avec le secteur des Faubourgs, à Ville-Marie.

Encadrer, mais pas limiter explique la ville

La ville de Montréal assure que les projets plus grands ne seront pas interdits ou limités, mais seront soumis à un processus plus rigoureux dans le but de garantir à la population que les projets soient de qualité et transparent. «On vient simplement encadrer les projets qui auraient des superficies de plancher plus grandes. N’importe quel promoteur pourrait soumettre de tels projets, et ceux-ci seront évalués au mérite. C’est une façon de garantir que les futurs projets respectent les grandes orientations du PPU», explique Sophie Mauzerolle, conseillère de l’arrondissement de Ville-Marie et responsable de l’urbanisme.

Il est faux de dire que ce règlement va hypothéquer le développement de logement social ou abordable. La mixité sociale dans le quartier des Faubourgs est au cœur de la démarche du PPU.

Sophie Mauzerolle, conseillère de l’arrondissement de Ville-Marie et responsable de l’urbanisme.

L’ensemble du projet du PPU de la ville de Montréal peut être consulté ici et celui-ci prévoit 7500 nouveaux logements dont la moitié en logement social, familial et abordable.

Articles récents du même sujet