Soutenez

Dominique Anglade propose une «allocation aînés» de 2000$

Souhaitant favoriser le maintien à domicile des aînés, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade veut mettre en place une allocation d’un montant maximum de 2000$ par année pour les personnes de plus de 70 ans qui résident en maison, en condo, en appartement ou en résidence privée pour aînés (RPA).

Mme Anglade estime qu’il y a au Québec plus d’un million d’aînés de 70 ans et plus. Une minorité d’entre eux seraient hébergés dans des établissements de soins de santé.

«Or, nous ne parlons que très rarement de la majorité d’aînés qui sont actifs et peinent à conserver leur maison ou encore à se payer les services dont ils ont besoin, comme des petits travaux de rénovation. Avec l’augmentation du coût de la vie, il faut être sensible à leur réalité et mieux les soutenir pour qu’ils puissent continuer de vivre dans leur maison. François Legault est obsédé par les maisons des aînés, mais oublie que la majorité des Québécois de 70 ans et plus vivent un réel stress financier», a indiqué la cheffe libérale, dimanche.

Inspirée par l’Allocation famille, l’Allocation aînés serait directement versée aux aînés de façon trimestrielle ou mensuelle via Retraite Québec. Le montant de l’allocation serait variable en fonction du revenu. Les personnes seraient libres d’utiliser les sommes comme elles le souhaitent.

De son côté, la porte-parole libérale pour les aînés et les proches aidants, Monique Sauvé, est d’avis que cette nouvelle mesure représenterait un «coup de pouce supplémentaire nécessaire» pour favoriser le maintien à domicile des aînés.

«Aujourd’hui nous pensons à tous ces aînés qui souhaitent vieillir dans leur maison, dans leur quartier. Nous voulons leur donner un coup de pouce de plus afin d’améliorer leur quotidien et leur qualité de vie. Après tout, la vraie maison des aînés, c’est chez soi», a-t-elle déclaré.

Mme Anglade souhaite par ailleurs regrouper les crédits d’impôt existants et les simplifier pour faciliter la tâche des aînés qui veulent les réclamer lors de la déclaration de revenus.

Dans un communiqué du PLQ paru dimanche, on avance qu’en plus de n’être pas suffisants pour supporter le soutien à domicile, les actuels crédits d’impôts destinés aux aînés seraient aussi souvent compliqués pour ces derniers, qui doivent conserver leurs factures, les inclure dans leur déclaration d’impôt et recevoir par la suite les montants dus.

Le cabinet de la ministre caquiste responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a réagit à l’annonce de Mme Anglade, en fin d’après-midi, dimanche.

«Nous sommes très heureux de constater que le PLQ souhaite en faire plus pour les aînés, ceux-ci les avaient ignorés et surtout les avaient pris pour acquis pendant 15 ans. Aucun gouvernement n’a fait autant pour les aînés que le nôtre. D’ici la fin de notre mandat, c’est 1,8 G$ supplémentaires qui seront investis en soins à domicile. C’est sans précédent ! Depuis 2018, les résultats sont là: augmentation de 35% des effectifs, de 5M d’heures de service et d’un ajout de 40 000 personnes desservies», souligne le cabinet de Mme Blais.

Dans la réaction envoyée à Métro peu avant 17h, on affirme que le ministère des Aînés et des Proches aidants concentrerait ses efforts sur «les aînés qui sont davantage en perte d’autonomie pour qu’ils restent plus longtemps possibles à domicile». On soutient également que dans le dernier budget caquiste, le crédit d’impôt pour le maintien à domicile a été bonifié.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.