Actualités

Une pétition pour accueillir les chiens en laisse dans le métro

Photo: Marc Bruxelle/123RF

«Fido veut prendre le métro». C’est le nom de la pétition lancée jeudi par la SPCA de Montréal demandant à la mairesse Valérie Plante et au président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), Éric Alan Caldwell, d’autoriser les chiens en laisse dans les transports collectifs montréalais, y compris le métro.

L’accès des personnes avec leurs animaux dans les transports en commun est un enjeu prioritaire pour la SPCA de Montréal. C’est pourquoi l’organisme a lancé une pétition en ligne jeudi matin. Vers midi, plus de 700 personnes l’avaient signée. L’objectif est de recueillir 10 000 signatures.

Alors que l’utilisation des transports en commun est plus que jamais encouragée, la SPCA estime que ceux-ci doivent être modernisés et en mesure de s’adapter à tous les usagers, y compris ceux ayant un chien.

Chien en cage seulement

À l’heure actuelle, la STM accepte uniquement les animaux en cage ou dans un récipient fermé dûment conçu à cet effet, à l’exception des chiens d’assistance. Les contrevenants s’exposent à une amende allant de 75 $ à 500 $.

Or, ce ne sont pas tous les chiens qui sont suffisamment petits pour voyager dans un sac de transport. Selon la SPCA de Montréal, la Ville devrait emboîter le pas à plusieurs autres métropoles du Canada et d’ailleurs.

En effet, les chiens en laisse sont les bienvenus dans les réseaux de bus et de métro dans de nombreuses villes, comme Paris, Londres, Berlin, Barcelone et San Francisco. Cela est également le cas dans au moins deux grandes villes canadiennes, soit Calgary et Toronto.

Par ailleurs, l’interdiction actuelle restreint sévèrement l’accès aux grands parcs, mais aussi aux soins vétérinaires, fait valoir la directrice des affaires juridiques de la SPCA de Montréal, Me Sophie Gaillard. «Et elle affecte disproportionnellement les personnes à faible revenu et celles qui choisissent de ne pas faire usage d’une voiture», ajoute-t-elle.

La mairesse en faveur

Pendant la campagne électorale, le parti de Valérie Plante, Projet Montréal, a confirmé son ouverture à étudier cette question avec la STM. «C’est toujours notre volonté, mais nous devons d’abord étudier la faisabilité d’un tel projet et évaluer les enjeux», a indiqué l’attachée de presse Marikym Gaudreault.

L’opposition officielle à la Ville de Montréal, Ensemble Montréal, se dit aussi en faveur de l’accès des chiens en laisse dans le transport en commun, à condition que ce soit en dehors des heures de pointe et dans un wagon prédéfini, pour le métro.

«Il s’agissait d’ailleurs d’une promesse électorale de notre parti lors de la dernière campagne électorale municipale», ajoute le porte-parole de l’opposition officielle en matière de gestion animalière, Laurent Desbois.

Appelée à réagir, la STM se dit finalement ouverte à évaluer la faisabilité d’un tel projet, en prenant en considération les éléments exprimés ainsi que la réalité opérationnelle d’un métro entièrement souterrain comme celui de Montréal.

La société de transport n’a toutefois pas été approchée en ce sens, mentionne le porte-parole Philippe Déry.

En ce moment, ce sont des enjeux de sécurité et de santé, comme des allergies ou des phobies chez la clientèle, qui justifient cette décision. L’interdiction a été mise en place de concert avec les autres sociétés de transport de la région, souligne-t-il.

Une étude menée après la mise en place d’un projet pilote autorisant les chiens en laisse dans les transports en commun à Toronto a révélé que le projet n’avait eu aucune incidence sur le taux de satisfaction générale des usagers et usagères, ni sur les risques d’incidents.

Une étude finlandaise concernant l’allergénicité des animaux de compagnie dans les transports en commun a conclu que les allergènes provenant de chiens et de chats étaient principalement attribuables aux vêtements des usagers et usagères plutôt qu’à la présence des animaux eux-mêmes.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet