Soutenez

Québec présente un plan de 225,8 M$ pour le milieu culturel

Nathalie Roy
La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy Photo: Josie Desmarais/Journal Métro

Souhaitant «consolider, faire briller et propulser» le milieu culturel québécois, le gouvernement provincial annonce un plan d’une valeur de 225,8 M$ sur trois ans. Arts visuels, musique, cinéma, métiers d’arts, musées: le plan réparti en 33 mesures dévoilé dimanche matin par la ministre caquiste de la Culture, Nathalie Roy, vise à venir en aide à l’ensemble des secteurs d’activité de l’industrie culturelle.

«Ces sommes additionnelles démontrent que la culture est une véritable priorité pour notre gouvernement. C’est un plan résolument tourné vers l’avenir, pour célébrer la créativité de nos artistes québécois», a indiqué Mme Roy, en conférence de presse.

Une somme de 123,3 M$ doit être consacrée à «consolider les acquis» du milieu culturel, notamment pour «mettre en place des filets de sécurité, développer de nouvelles clientèles, renforcer les actions du gouvernement et faire face à la rareté de main-d’œuvre».

Le plan prévoit de reconduire jusqu’au 31 mars 2023 les mesures d’aide à la billetterie et d’aide à la production audiovisuelle, une mesure au coût de 57,5 M$.

Québec investira également dans de l’«aide directe et rapide» pour les artistes qui prendra la forme d’un influx de 2 M$ au fonds d’urgence pour les artistes et les travailleurs culturels des arts de la scène.

Souhaitant aussi financer les clientèles qui n’étaient pas financées historiquement par le ministère de la Culture, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ou encore la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), Québec réserve 5 M$ aux petites salles de spectacle et aux salles alternatives.

«Ces lieux sont très importants. Ce sont des lieux où les jeunes artistes souvent débutent leur carrière. Donc, on en a besoin et on va en prendre soin», a indiqué Mme Roy.

Les cinémas de la province auront accès à 1 M$ en fonds additionnels pour la rénovation de leurs salles. Le programme d’aide à la promotion et à la diffusion du cinéma québécois sera quant à lui bonifié de 4,6 M$.

Les musées verront quant à eux une bonification de 10 M$ de l’aide à leur fonctionnement. Pour ce qui est des organismes de formation en arts, leur budget de fonctionnement sera augmenté de 4 M$.

Le programme d’aide au développement pour structurer et consolider des entreprises de production en audiovisuel sera révisé et financé à hauteur de 6 M$.

Géré par le CALQ, qui est une société d’État relevant du ministère de la Culture, le programme de soutien à la mission et à la programmation spécifique sera augmenté de 28 M$ sur trois ans et sera notamment adapté pour reconnaître le facteur de la rareté de main-d’œuvre.

L’enveloppe de base de ce programme est actuellement de 89 M$, selon la présidente-directrice générale du CALQ, Anne-Marie Jean. L’octroi de fonds additionnels va permettre de donner plus de prévisibilité aux organismes soutenus par le CALQ, selon elle.

«Ça va leur permettre de voir venir et de reprendre leurs activités à la façon dont ils ont l’habitude de les faire en reconnaissant différents enjeux: la pénurie et la rétention de la main-d’œuvre, la reconquête des publics. Pendant la pandémie, les organismes ont fait toutes sortes d’expériences de diffusion hors les murs, de diffusion numérique. Certaines de ces expériences ont été très porteuses et les organismes voudraient les intégrer à leur mission dorénavant, donc ils vont pouvoir le faire», explique Mme Jean.

«Faire briller la culture»

Afin de «faire briller la culture», Québec investira 79,5 M$. Selon Mme Roy, cela doit se traduire par «plus de spectacles avec plus d’artistes et d’interprètes, plus de tournée et de promotion».

«On a tous constaté que la relève et les artistes émergents l’ont eu particulièrement difficile depuis deux ans, alors on va y remédier», précise-t-elle.

Les premières parties de spectacles seront dorénavant admissibles au programme d’aide à la représentation de la SODEC, qui, comme le CALQ, est une société d’État relevant du ministère de la Culture.

Afin de «soutenir un plus grand nombre de projets et d’artistes», Québec ajoute par ailleurs 30 M$ au programme de bourses aux artistes du CALQ. Une proportion de 20% de l’enveloppe annuelle sera d’ailleurs consacrée aux artistes émergents et aux finissants des écoles d’arts qui ont terminé leur formation au cours des deux dernières années.

Une somme de 7 M$ est également prévue pour augmenter la visibilité des artistes de la relève issus de l’immigration, qui sont autochtones ou qui ont un handicap.

Un montant additionnel de 2,5 M$ sera investi dans le cadre d’un nouveau programme visant à appuyer la relève en cinéma.

La circulation des œuvres de tous les domaines artistiques à la grandeur du Québec sera soutenue par un investissement accru de 7 M$ pour la diffusion dans des lieux publics, atypiques ou alternatifs.

Le plan de Québec inclut également un nouveau programme de soutien à l’autoproduction musicale qui sera doté d’un budget de 3 M$. Le programme d’aide à l’édition musicale récemment créé recevra 3 M$ afin d’être pérennisé.

Le programme destiné aux festivals et aux événements sera révisé pour faire de la place à de la nouveauté dans le secteur, au coût de 6 M$. Un montant additionnel de 3 M$ sera alloué au programme d’aide aux artisans et aux entreprises des métiers d’arts.

Une somme de 9 M$ sera investie pour des initiatives de promotion et des «projets culturels d’envergure». Le programme d’aide à l’édition et à la promotion dans le milieu littéraire sera également augmenté de 2 M$.

«Propulser la culture»

«Nous devons dès maintenant profiter de toutes les occasions qui sont offertes pour faire de notre culture un moteur encore plus fort de notre fierté. En pleine réouverture des marchés étrangers, le Québec doit être présent, accentuer ses efforts pour que les œuvres québécoises puissent continuer à émerveiller bien au-delà de nos frontières et conquérir de nouveaux publics», a soutenu Mme Roy, dimanche.

Afin de tendre vers cet objectif, un nouveau programme de la SODEC qui sera financé à hauteur de 3 M$ doit permettre de soutenir les éditeurs musicaux, les agents de ventes et industries culturelles créatives dans l’exportation de la culture québécoise.

Québec investit aussi 3 M$ additionnels pour soutenir les tournées internationales et le développement de marchés et la coproduction, ainsi que 2 M$ pour «encourager les organismes culturels qui se distinguent par l’audace et la capacité à innover et à proposer des projets d’envergure».

Un nouveau programme pour les industries culturelles créatives qui sera doté d’un financement de 15 M$ visera à soutenir tous les types de production numérique tels que la réalité virtuelle augmentée, les installations immersives ou encore les balados.

Guilde des musiciens

Du côté de la Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec, on accueille favorablement le nouveau plan pour le milieu culturel. Le président de la Guilde, Luc Fortin, y voit même une forme d’innovation de la part du gouvernement québécois.

«On parle d’aider la relève beaucoup plus qu’avant et d’aider aussi les petites salles et les lieux alternatifs qui n’ont jamais eu beaucoup d’aide et qui ont beaucoup souffert pendant la pandémie. Le fait qu’on augmente le budget au CALQ pour la création, c’est bien parce qu’il y avait un manque pour la chanson», souligne M. Fortin en entrevue à Métro.

Il dit également apprécier l’augmentation de l’aide fournie aux musiciens qui choisissent de s’autoproduire.

«C’est bon qu’on puisse les aider, parce qu’il n’y avait rien pour eux au niveau de la SODEC. C’est quelque chose qu’on a demandé pendant longtemps, que la SODEC puisse donner une aide à ce modèle d’affaires», précise-t-il.

Chaque semaine, une sélection des nouvelles de votre arrondissement.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.