Actualités

Trottinettes électriques: la motion pour que le service soit offert par BIXI rejetée 

Des utilisatrices des trottinette électriques Lime.
Un total de 200 trottinettes a été déployé par l’entreprise Lime en 2019, mais Montréal avait mis un terme au projet pilote à l’hiver 2020. Photo: Gracieuseté Lime

L’administration Plante a voté contre une motion visant à permettre à BIXI d’offrir un service de trottinettes électriques avec ancrage dans la métropole. 

L’opposition avait fait cette proposition lors du conseil municipal du 14 juin, afin d’éviter que le scénario du projet pilote de 2019 se répète. 

«L’unique façon de répondre à la demande sans revivre un fiasco est de confier le mandat à BIXI, qui a fait ses preuves dans sa capacité à gérer un système de transport en libre-service», avait expliqué la porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports actifs et BIXI, Alba Zúñiga Ramos, lors d’un point de presse le 31 mai

Interrogée par Métro, BIXI Montréal avait alors confirmé avoir analysé la faisabilité d’un tel projet et que si la Ville le souhaitait, elle pourrait joindre à son système de vélo-partage existant l’option de trottinettes électriques en libre-service. 

«Cela permettrait d’assurer une cohérence dans le système de transport en libre-service dans la ville, avait déclaré Bérengère Thériault, porte-parole de BIXI Montréal. Pour BIXI Montréal, un système structuré avec des points d’ancrage est toujours apparu comme logique afin de préserver une cohabitation harmonieuse entre tous les usagers de la route.» 

Pas une priorité 

Malgré cela, l’administration Plante a rejeté la motion, soutenant ne pas pouvoir, au stade actuel, l’adopter sans amendements. Elle a cependant ajouté être ouverte «à évaluer les trottinettes avec ancrage quand le contexte s’y prêtera». 

«Ce ne serait pas responsable de mandater BIXI – dont les opérations reposent en grande partie sur des fonds publics – d’explorer cette avenue de micromobilité puisqu’il est actuellement impossible de savoir si les trottinettes pourront demeurer en fonction sur le territoire québécois au terme du projet pilote», indique l’attachée de presse au cabinet de la mairesse et du comité exécutif de Montréal, Alicia Dufour. 

La Ville de Montréal indique également ne pas avoir le droit, juridiquement parlant, de favoriser BIXI au détriment des autres opérateurs. 

«Ouvrir la porte aux trottinettes chez BIXI revient donc automatiquement à ouvrir la porte à l’implantation des opérateurs privés sur le territoire de la Ville», précise Mme Dufour. 

Elle ajoute que même si BIXI s’est dite ouverte à étudier le projet si on le lui demande, il ne s’agirait pas d’une priorité de l’organisation. 

«Pour une administration qui se dit championne de la mobilité active, nous sommes extrêmement déçus du rejet de notre motion pour que BIXI puisse offrir les trottinettes électriques avec ancrage», déplore Alba Zúñiga Ramos. 

Selon la conseillère, Montréal se doit d’être un leader en la matière en offrant aux citoyens plus de modes de transport et de solutions de rechange à l’automobile afin de lutter contre le réchauffement climatique. 

Articles récents du même sujet