Soutenez

Les jeunes savent aussi voter, ok boomers?

Au milieu de la campagne, Québec solidaire publiait une carte électorale fictive qui serait dominée par la couleur orange si on ne comptabilisait que le vote des 18-34 ans, selon l’agrégateur de sondages Qc125. La cassure générationnelle est flagrante entre cette génération et celle des boomers. Alors que les aînés votent massivement pour la CAQ, le parti de Gabriel Nadeau-Dubois domine dans les intentions de vote chez les 18-34 ans. Malheureusement pour QS, cette tranche d’âge est aussi celle qui s’abstient le plus aux élections. Le taux de participation des jeunes est 16 points en dessous de la moyenne nationale, qui était de 66% aux dernières élections.

Plusieurs facteurs expliquent la désertion des urnes par les jeunes. S’il est tentant de mettre ça sur le dos de leur désintérêt et/ou de leur manque de connaissances – après tout ils ne connaissent pas Véro, alors qu’est-ce qu’ils en ont à cirer de François Legault –, ma collègue Zoé Arcand s’est penchée sur ces jeunes qui décident de ne pas voter par conviction. Ce n’est pas qu’ils ne connaissent pas la politique, c’est qu’ils connaissent trop ça pour vouloir y participer.

J’imagine aussi que leur sentiment que leur vote compte s’effrite à mesure qu’ils voient les projections de sièges en faveur de François Legault. Toujours selon l’agrégateur Qc125, on prévoit que la CAQ remportera 92 sièges sur 125 – 78% des sièges – malgré un appui de seulement 38%. On pourra discuter aussi longtemps qu’on le voudra de la réforme nécessaire du mode de scrutin, celle-ci n’arrivera pas tant que ledit mode profitera à ceux qui auraient le pouvoir de le faire changer. De toute façon, c’est une question qui n’intéresse que les intellectuels, apparemment. Mais les élus ne pourront pas ignorer le vote des jeunes éternellement.

Car les partis politiques s’adressent à des clientèles qui ont des préoccupations. Les préoccupations des aînés: la santé et garder les choses comme c’est là. Celles des jeunes: pouvoir se loger et survivre à l’apocalypse climatique. Si le vote des jeunes comptait pour la CAQ, l’environnement serait au sommet de ses promesses.

Mais voter, ce n’est pas seulement gagner ses élections. C’est aussi envoyer un message. Les jeunes ne sont peut-être pas une clientèle pour la CAQ, mais leur poids démographique en ce moment (environ 30%) est assez important pour envoyer un message clair au gouvernement. Leur poids est suffisant pour lui faire craindre de perdre des sièges à une prochaine élection. En gros, si vous voulez faire quelque chose pour manifester votre écoanxiété, les jeunes, allez voter!

Les jeunes ont peut-être l’impression que leur vote ne compte pas, car ils ne font pas le poids – démographiquement – face à leurs aînés, mais ça sera de moins en moins le cas. Selon Statistique Canada, pour la première fois de leur histoire, les baby-boomers constituent moins du quart de la population. Si on suit la logique irrémédiable de la vie, ce déclin se poursuivra. Statistique Canada prévoit aussi que les millénariaux, ceux nés entre 1981 et 1996, seront majoritaires d’ici 2030. Bon. Rendus là, nous serons des vieux qui votent pour Québec solidaire et ses idées dépassées. Taxer les voitures. Pfff… Tellement binaire.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.