Montréal

L’avenir de Lachine-Est soumis au débat public

L’avenir de Lachine-Est soumis au débat public
Photo: (Photo: Voix Pop - Justine Gravel)Archives Métro

L’avenir du secteur Lachine-Est sera soumis au débat populaire dès le 24 février, a annoncé l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) mercredi. La construction d’un quartier mixte «d’environ 4000 logements» est projetée dans le secteur.

Cette friche industrielle de quelque 50 hectares, au bord du canal de Lachine et du Vieux-Lachine, pourrait être profondément transformée si le projet obtient le feu vert; habitations, commerces et industries pourraient s’ajouter au paysage. La Ville estime à de 3400 à 4800 la capacité d’accueil du secteur, en plus de superficies commerciales potentielles.

«Il y a toute une série de constats à faire d’abord, a expliqué à Métro la porte-parole de l’OCPM, Anik Pouliot. C’est sûr que le fait qu’une nouvelle gare de trains de banlieue serve ce quartier-là est un élément important.»

Depuis le début 2017, l’arrondissement est effectivement desservi par la gare Du Canal, installée au sud du boulevard Saint-Joseph, sur la ligne Candiac-Lucien-L’Allier.

Dans un document officiel de l’OCPM, la Ville de Montréal dit viser «à accroître la mobilité pour les modes de déplacement, en accordant la priorité aux déplacements […] en transport actif et collectif». Il est notamment prévu d’inclure «une grille de rues relativement denses» pour «multiplier» les parcours piétonniers. Montréal veut aussi ajouter des aménagements dans le secteur – trottoirs, pistes cyclables et dépose-minutes – «pour faciliter l’accès à la gare».

La Ville, qui avait mandaté l’OCPM de tenir une consultation en octobre dernier, entrevoit aussi «des améliorations aux liens routiers avec les milieux avoisinants et avec le réseau supérieur».

Malgré tout, l’administration reconnaît que plusieurs défis s’imposent, «notamment en matière de gestion de sols contaminés, de desserte en infrastructures, de patrimoine et de mobilité», lit-on dans un document du comité exécutif. «[Cela] requerra des efforts soutenus de la Ville et des interventions faisant appel à l’expertise et à la coordination de plusieurs services municipaux ainsi qu’à la collaboration de Parcs Canada, dont relève la gestion du canal de Lachine», expliquent les documents municipaux.

Les citoyens doivent parler
Devant cet enjeu «important», Anik Pouliot souligne que les citoyens peuvent s’impliquer en consultant les documents rendus publics par l’OCPM mercredi. Elle les invite à «se faire une tête sur ce que peut représenter la création d’un nouveau quartier potentiellement plus dense que plusieurs autres quartiers dans Lachine, où on retrouve beaucoup de maisons unifamiliales», a-t-elle avancé.

La consultation, qui est organisée en vue de l’écriture d’un nouveau Programme particulier d’urbanisme (PPU), est la première étape d’un long processus. «Pour l’instant, la Ville met de l’avant un certain nombre de principes sur lesquels elle veut entendre les groupes et les citoyens. Ce sera à eux de venir s’exprimer», a poursuivi la porte-parole de l’OCPM.

Après ces discussions publiques, la Ville de Montréal devra rédiger le nouveau PPU qui, lui aussi, devrait être soumis à une nouvelle consultation publique.

Par le passé, plusieurs exercices locaux de consultation ont eu lieu dans Lachine, en 2014, en 2016 et en 2018. «C’était une demande à la fois des résidants du quartier et des organismes, a précisé Anik Pouliot. C’était même un enjeu de la campagne électorale.»

Le 24 février, une journée d’information est organisée à la Maison du Brasseur pour exposer la situation au public. Des ateliers, créatifs, «en petits groupes», doivent avoir lieu en mars, et l’audition des points de vue citoyens le 2 avril.