Montréal
03:30 5 août 2019

Le tournage du film «Spinning Gold» aux arrêts pour des salaires impayés

Le tournage du film «Spinning Gold» aux arrêts pour des salaires impayés
Photo: Frazer Harrison/Getty ImagesSamuel L. Jackson

La production du film américain Spinning Gold, présentement en tournage à Montréal, est en pause pour une question salariale. Un total de 600 000 $ de salaires n’ont toujours pas été versés à l’équipe technique, qui réclame des comptes avant de retourner au boulot.

Le tournage du film Spinning Gold, qui compte dans sa distribution des étoiles du cinéma comme Samuel L. Jackson et Neil Patrick Harris, a commencé le 15 juillet dans la métropole. La production compte dans son équipe technique «environ 150 salariés», dont plusieurs Québécois, selon le directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS), Gilles Charland.

Ce syndicat représente une portion importante de l’équipe technique responsable du long métrage.

Métro a reçu le témoignage d’un membre de l’équipe technique, qui a tenu à garder l’anonymat. Lise* fait valoir que les employés n’ont pas reçu de salaire depuis une période variant d’une semaine à deux mois, dans certains corps de métier.

«L’argent dû s’élève à environ 600 000 $», confie M. Charland.

Des chèques impayés

C’est le 24 juillet que la situation s’est emballée.

«Ce jour-là, qui devait être notre jour de paye, les chèques ne sont pas arrivés dans plusieurs corps de métier, comme la régie, l’électricité, les machinistes et des parties du transport», raconte Lise.

Ces chèques ont fini par arriver le lendemain, explique-t-elle, mais «la plupart d’entre eux n’étaient pas encaissables».

Jeudi, «le manque de sous a mené à l’arrêt des services de traiteur», constate l’employée.

«Le producteur du film n’avait plus les moyens, constate M. Charland, de l’AQTIS. Certains investisseurs se sont retirés du projet en cours de route. Ce qui fait qu’à un moment donné, le producteur a manqué de liquidités.»

Selon lui, l’arrivée d’un nouveau producteur, Alex Habrich, a pour objectif de permettre la récolte des fonds nécessaires pour remplir les poches de l’équipe technique.

Rencontre tendue

Toujours sans salaire, les employés techniques de Spinning Gold se sont rassemblés jeudi pour rencontrer M. Habrich. Durant cette réunion, le représentant des producteurs a fait une première proposition.

«Ce que je comprends, c’est qu’il offrait qu’on continue à travailler sans salaire, mais qu’on obtienne 2 % des profits futurs et un crédit», affirme Lise au bout du fil.

Métro a obtenu un enregistrement de la rencontre avec les techniciens.

«À la fin du film, il va y avoir un crédit pour le crew, pour tout le monde qui va travailler à la production. […] On a déjà des ententes signées. Tout ça, c’est du cash qui entre. Moi, je donne ma garantie personnelle pour tout couvrir», lance M. Habrich dans l’enregistrement.

«On est des partenaires ici, on est une équipe. Je comprends que c’est difficile de se faire dire que la paye de demain, tu vas l’avoir dans une semaine […] mais l’offre que je fais aujourd’hui, si tu pars, tu ne l’auras pas», continue-t-il.

Ce à quoi un employé non identifié répond : «Nous autres, on est des salariés, on n’est pas des partenaires.»

«On vit à la semaine avec nos chèques. On n’a pas de grosse maison et de grosse voiture. Vous nous dites qu’il faut vous faire confiance et que vous allez avoir nos salaires.» – Un technicien lors de la rencontre avec Alex Habrich

Lise dénonce l’attitude «de confrontation» de l’homme d’affaires.

«Il y avait un sentiment assez fort d’indignation [chez les employés]», raconte-t-elle.

Pas de travail sans paye

L’AQTIS a envoyé un courriel à ses membres vendredi. On peut y lire les conditions que devront respecter les producteurs pour que l’équipe technique revienne sur le plateau.

«L’objectif du producteur est de reprendre mercredi prochain le tournage, avance M. Charland. Nous, le mandat qu’on a, c’est que le tournage pourra reprendre dans la mesure où les conditions seront respectées.»

«Actuellement, comme le reste des membres de l’équipe, j’ai arrêté de travailler jusqu’à ce que l’argent dû en avances, en location d’équipements et en salaires soit versé», convient Lise.

Métro a contacté le producteur Alex Habrich, qui a affirmé ne pas vouloir commenter. L’AQTIS devait recevoir samedi la réponse officielle de Spinning Gold.

* Le nom de cette personne a été modifié pour préserver son anonymat.