Montréal

Grand parc de l’Ouest: Ensemble Montréal refuse de donner «un chèque en blanc» au projet

Grand parc de l’Ouest: Ensemble Montréal refuse de donner «un chèque en blanc» au projet
Photo: Archives MétroLe chef d'Ensemble Montréal, Lionel Perez

Le chef d’Ensemble Montréal réclame un «réel plan financier» pour le Grand parc de l’Ouest annoncé par la mairesse Valérie Plante. Il refuse de signer un «chèque en blanc» alors que la Coalition verte lui demande de se rallier à l’administration pour ce projet.

Le 8 août, la mairesse de Montréal a dévoilé quelques détails du «Grand parc de l’Ouest». Celui-ci devrait ainsi totaliser plus de 3200 hectares, ce qui équivaut à huit fois la taille de Central Park, à New York.

Dans une lettre ouverte envoyée lundi au chef du parti d’opposition, Lionel Perez, la Coalition verte demande au parti et «aux autres conseillers indépendants de Montréal» d’appuyer ce projet. La Coalition demande par ailleurs à ceux-ci de travailler «en unisson» avec l’administration de Valérie Plante à la réalisation du «plus grand parc urbain du Canada».

«Le Grand parc de l’Ouest est essentiel à la survie et à la réhabilitation de la biodiversité de l’île de Montréal, de même qu’à la résilience de notre métropole aux prises avec les changements climatiques.» -Extrait de la lettre ouverte de la Coalition verte

Pas de «chèque en blanc»

Appelé à réagir à la demande de la Coalition Verte, Lionel Perez a dénoncé l’absence d’un «plan d’affaires» pour concrétiser celui-ci.

«Vous savez, personne ne peut être contre la vertu. Mais on ne va pas donner un chèque en blanc à l’administration de Montréal. […] Sur le principe, on est d’accord, mais il faut savoir exactement quel est le plan d’affaires de la mairesse», a-t-il affirmé en point de presse lundi. 

Des membres de la Coalition ont d’ailleurs pris part, lundi soir, à la période des questions de la séance du conseil municipal afin d’interpeller directement Lionel Perez pour lui demander d’appuyer ce projet.

«Nous allons attendre de consulter un plan d’action concret et un vrai plan financier […] S’ils sont prêts à nous donner cette information, peut-être qu’alors nous allons supporter [ce projet]», leur a alors répondu M. Perez.

Lors de la présentation du projet, Mme Plante s’est montrée évasive sur la facture. La création du parc nécessitera notamment l’acquisition de plusieurs terrains privés. La possibilité que les autres ordres de gouvernement contribuent à celle-ci a toutefois été soulevée.

«Nous sommes très inquiets du prix qu’aura ce projet.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

Poursuites judiciaires

Afin de réaliser cet immense parc, la Ville devra mettre fin à un important projet immobilier impliquant la construction de 5500 logements dans une zone inondable incluse dans la délimitation de celui-ci.

«On parle de centaines de millions de dollars. On parle de potentielles poursuites judiciaires», a soulevé M. Perez.