Actualités

Le PLC veut débloquer d’autres fonds pour la ligne rose

Le PLC veut débloquer d’autres fonds pour la ligne rose
Photo: Josie Desmarais/MétroSteven Guilbeault

Après la ligne bleue, la ligne rose. Le Parti libéral du Canada (PLC) s’est engagé, s’il est réélu, à investir 3 G$ supplémentaires annuellement dans les projets de transport structurant, dont la ligne rose moussée par l’administration de la mairesse Valérie Plante.

Le parti, représenté par la ministre sortante Mélanie Joly et les candidats Steven Guilbeault et Geneviève Hinse, en a fait l’annonce mardi matin. Un gouvernement libéral réélu ajusterait le financement aux projets de transport collectif «à la hausse progressive du coût de construction au fil du temps».

Ces sommes seront partagées parmi les différentes municipalités canadiennes. «On veut pouvoir pérenniser le financement des sociétés de transport en commun. Ça fait en sorte que, disons, la [Société de transport de Montréal] va pouvoir avoir accès à un peu plus de financement de la part du fédéral», a soutenu Mme Joly.

La ligne rose en particulier est un projet «important», constate la ministre sortante du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie. «Il va pouvoir décongestionner la ligne orange, mais il y a d’autres projets qu’on veut soutenir. Notamment, le prolongement de la ligne orange au nord, vers la gare Bois-Franc», a souligné Mme Joly.

Le prolongement du Réseau express métropolitain vers l’Est (REM) de Montréal fait aussi partie des priorités libérales.

«C’est la première fois en cinquante ans qu’il y a autant d’argent sur la table en transport en commun.» – Mélanie Joly, candidate du PLC dans Ahuntsic-Cartierville

D’autres promesses électorales

Le PLC n’est pas le premier parti à appuyer le tracé de ligne rose, qui doit partir de Lachine pour rejoindre Montréal-Nord. Le Parti vert et le Nouveau parti démocratique (NPD) avaient déjà annoncé leurs intentions d’y donner leur aval.

Au NPD, on souhaite ajouter une station aux plans de la mairesse Plante. Celle-ci se situerait au coin des rues D’Iberville et Masson. Le parti désire aussi créer un fonds de 6,5 G$ dédié au transport collectif.

Le Parti vert appuie pour sa part l’expansion du REM vers la pointe de l’Île, tant que le projet est «moins pollueur».

Des actions en transport

Les investissements fédéraux ont joué d’importants rôles dans certains projets montréalais au cours des quatre dernières années, soutient Mélanie Joly.

En juillet, le PLC a avancé 1,3 G$ pour concrétiser le prolongement de la ligne bleue du métro. «On a déjà répondu présent», avance Mme Joly.

L’administration de la Ville de Montréal a aussi réorienté en juin une bourse fédérale de 800 M$ vers la Ville de Québec afin de mener à terme le projet de tramway de la capitale. En échange, le gouvernement provincial s’est engagé à financer le «tronçon ouest» de la ligne rose.