Montréal
12:07 4 novembre 2019

Bilan de Valérie Plante: Ensemble Montréal dénonce des décisions «dogmatiques»

Bilan de Valérie Plante: Ensemble Montréal dénonce des décisions «dogmatiques»
Photo: Zacharie Goudreault/ MétroDe gauche à droite, le leader adjoint de l'opposition, Francesco Miele, le chef d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, et la leader de l'opposition, Karine Boivin-Roy.

L’administration de Valérie Plante a pris des décisions majeures sans consulter la population en amont en plus de nuire aux commerçants et de mal gérer les opérations de déneigement. C’est en somme le bilan de mi-mandat de l’administration municipale que dresse le parti d’opposition Ensemble Montréal.

«Souvent, on entend que c’est une administration qui consulte beaucoup. Dans les faits, c’est une administration qui consulte quand ça l’arrange, quand elle le veut», a affirmé lundi le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. L’opposition a ainsi dressé son propre bilan des deux premières années au pouvoir de Mme Plante, qui a été élue le 5 novembre 2017.

M. Perez a notamment fait référence au projet-pilote de fermeture de la voie Camilien-Houde au transit automobile. Cette décision a fait l’objet d’une consultation publique de l‘OCPM après avoir eu lieu de juin à octobre 2018.

Il a aussi rappelé la décision controversée de l’arrondissement d’Outremont, dont le maire est un élu de Projet Montréal, de rendre tous les espaces de stationnement sur rue tarifés. Devant la grogne des citoyens et la remise d’une pétition de plus de 1800 signatures, l’arrondissement a été contraint de lancer une consultation publique sur cette décision controversée.

«Ce que je vois, c’est une administration qui est bornée, qui est convaincue qu’elle a raison à tout prix et qui n’est pas prête à faire des compromis», a critiqué M. Perez.

Dette

Ce dernier s’est d’ailleurs montré inquiet quant à la gestion des finances publiques par la Ville. Le parti affirme que les dépenses municipales ont augmenté de 9,5% depuis l’arrivée de Projet Montréal au pouvoir, en 2017. Une situation qui contribue à creuser la dette de la métropole.

«Les décisions prises au cours des deux dernières années auront des effets à moyen ou à long terme», a prévenu M. Perez. Ce dernier a ainsi fait référence à la possibilité qu’une récession économique frappe le pays dans les prochaines années.

Commerçants éprouvés

Ensemble Montréal a vivement critiqué la gestion par la Ville des travaux d’aqueduc qui ont éventré plusieurs artères commerciales. L’opposition a notamment pointé du doigt la faible popularité du programme de compensations mis en place par l’administration municipale pour compenser les commerçants affectés par ces travaux.

Plusieurs commerçants de la rue Sainte-Catherine ont d’ailleurs critiqué cet été les compensations remises par la Ville, qu’ils jugent insuffisantes.  

«Ce dont les commerçants auraient vraiment besoin, c’est un crédit de taxes pendant les travaux», a affirmé la leader de l’opposition officielle, Karine Boivin-Roy. 

«On dirait que la construction d’autoroutes de vélos sur les artères commerciales est la seule réponse que Projet Montréal a trouvé pour aider les commerçants qui souffrent», a-t-elle ajouté en référence au projet de Réseau express vélo de l’administration Plante.

En campagne électorale, en 2017, Mme Plante avait promis une réduction de taxes aux commerçants affectés par des travaux de voirie. L’administration municipale a depuis réduit les taxes imposées aux petits commerçants par le biais de son plus récent budget.

Déneigement 

Le leader adjoint de l’opposition officielle, Francesco Miele, a pour sa part dénoncé la gestion du déneigement par la Ville l’hiver dernier, qu’il a qualifié de «catastrophe».

«On se rappellera tous des accidents: des blessures, des foulures, des fractures […] Les Montréalais sont en droit de s’attendre à de meilleurs services», a déclaré M. Miele.

À certains moments, l’hiver dernier, le nombre d’appels au 911 de la part de citoyens s’étant blessés en glissant sur le sol en raison des trottoirs glacés a explosé.

«Il faut rappeler à cette administration que l’on ait au Québec […] On ne pourra pas reporter l’hiver comme la mairesse a reporté l’Halloween.» -Francesco Miele, leader adjoint de l’opposition officielle 

Le cabinet de la mairesse Valérie Plante n’a pas commenté.