Montréal

Circulation: les pompiers ralentis par les mesures pour piétons

Circulation: les pompiers ralentis par les mesures pour piétons
Photo: Zacharie Goudreault/ Métro

La multiplication des mesures d’apaisement de la circulation, notamment l’ajout de dos d’âne, a ralenti le temps de trajet des pompiers vers les lieux d’incendies, a appris Métro. Face à ce constat «problématique», le syndicat qui les représente demande d’être davantage consulté par la Ville à l’avenir.

Métro a obtenu des données sur les temps moyens des trajets des pompiers de Montréal entre 2011 et 2018. Pendant cette période, pour l’ensemble de l’île de Montréal, le temps de déplacement moyen des pompiers est passé de 2 minutes et 53 secondes à 3 minutes et neuf secondes, soit une augmentation de 16 secondes.

Un écart qui pourrait s’agrandir de deux secondes cette année, selon les prévisions du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

Dans les dernières années, de nombreux dos d’âne, saillies de trottoirs et autres mesures d’apaisement de la circulation ont été mises en place dans les quartiers centraux de la métropole. Une tendance qui concorde d’ailleurs avec les orientations prises par la Ville dans le cadre de son plan de sécurité routière Vision zéro 2019-2021, présenté en mars dernier.

«Toutes les mesures d’apaisement de la circulation, au-delà de l’objectif qui est recherché par les autorités, viennent compliquer la tâche des pompiers», souligne à Métro le vice-président de l’Association des pompiers de Montréal, Richard Lafortune. 

L’augmentation du temps de trajet varie d’un secteur à l’autre. Dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, celui-ci a bondi de 32 secondes entre 2011 et 2018. Cette augmentation est plutôt de 19 secondes dans Ahuntsic-Cartierville et de 7 secondes dans le Plateau-Mont-Royal.

Bris et blessures

En plus de ralentir les pompiers, les dos d’âne peuvent blesser les pompiers qui se trouvent dans le véhicule lourd qui les amènent sur le lieu d’un incendie. Des employés du SIM ont d’ailleurs fait des demandes de réclamation à la CNESST après avoir été blessés à la tête ou au cou pendant un trajet, souligne M. Lafortune.

«Dans les situations comme aujourd’hui, où le dos d’âne est plus difficile à apercevoir en raison de la neige, ça peut faire en sorte que lorsqu’un véhicule gros porteur rencontre un dos d’âne, on peut subir les contrecoups sur la suspension du véhicule, mais aussi sur les employés», illustre-t-il. 

Les rues piétonnes sont également «problématiques» pour les pompiers. C’est notamment le cas d’une partie de la rue Saint-Paul, dans le Vieux-Montéal, et de la rue Prince-Arthur. Les pompiers doivent alors parfois immobiliser leur véhicule à une certaine distance, puis transporter manuellement une échelle portative vers le lieu d’un incendie, explique M. Lafortune.

Ce dernier assure toutefois que la sécurité des Montréalais n’est pas en danger «actuellement». Les pompiers ne manqueraient pas d’ingéniosité pour trouver des détours.

Consultations

Richard Lafortune déplore que les pompiers ne soient pas davantage consultés en amont de la mise en place par la Ville de tels aménagements. Un document de l’arrondissement de Ville-Marie sur les dos-d’âne souligne pourtant que ceux-ci peuvent augmenter le temps de réponse des véhicules d’urgence, ainsi que le «risque d’aggravation des blessures d’éventuels patients transportés par ambulance».

«On pourrait faire valoir nos points de vue. Si on est consultés, on pourrait apporter des points qui ne sont pas pris en compte actuellement», estime M. Lafortune. 

Appelé à réagir, le SIM a nié le rôle des mesures d’apaisement de la circulation sur le temps de trajet des pompiers. Il assure par ailleurs faire partie d’un comité concerté de la Ville responsable des mesures de sécurisation des rues au sein duquel il fait des recommandations afin d’arriver à des «solutions équilibrées» en fonction du territoire concerné.

L’administration de Valérie Plante n’a pas commenté le dossier.