Montréal
14:30 15 février 2020 | mise à jour le: 15 février 2020 à 14:33

Enquête en cours pour une agression au bâton près du métro Beaubien

Enquête en cours pour une agression au bâton près du métro Beaubien
Photo: Archives Métro Média

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête sur une présumée attaque au bâton survenue jeudi soir, à proximité du métro Beaubien. La victime est âgée de 34 ans.

D’abord rapportée par le quotidien La Presse, l’agression alléguée se serait déroulée jeudi vers 21h, près du coin de l’avenue de Chateaubriand et de la rue Beaubien Est. C’est tout près de l’emplacement de la station de métro Beaubien, dans l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

«La femme de 34 ans avait subi des blessures au haut du corps», a affirmé à Métro l’agente-relationniste du SPVM Véronique Comtois. Attaquée par un homme dont on ne connaît pas l’identité, la victime a réussi à se rendre dans l’édicule de la Société de transport de Montréal (STM). C’est là que l’appel a été placé auprès du corps policier.

«Selon les autorités médicales, on ne craindrait pas pour sa vie», a ajouté Mme Comtois. La Presse maintient que cette dernière a dû subir «des points de suture à la tête».

D’après les informations du quotidien montréalais, la victime alléguée avait accouché fin janvier. C’est en rentrant vers son chez-soi qu’elle aurait reçu de multiples coups de bâton.

Agresseur inconnu

Le SPVM n’a toujours pas effectué d’arrestation dans le dossier, confirme-t-on.

«Il s’agirait d’un suspect de sexe masculin âgé entre 25 et 35 ans», a avancé l’agente Comtois, samedi.

Dans l’article de La Presse, le conjoint de la victime dénonce une agression «gratuite» de quelqu’un que l’agressée ne connaîtrait pas. Le SPVM n’a pas encore pu déterminer si c’est bien le cas.

Jeudi soir, les enquêteurs du SPVM ont interrogé plusieurs témoins. Ils sont aussi à la recherche d’images émanant de caméras de sécurité dans le secteur.

«S’il y en a de disponibles, c’est sûr que les enquêteurs vont analyser les images», a ajouté Véronique Comtois.

Contactée par Métro, la STM nous a référés au SPVM.

Articles similaires