Montréal
09:13 26 février 2020 | mise à jour le: 26 février 2020 à 16:58 temps de lecture: 4 minutes

Montréal presse Québec de prolonger la ligne orange jusqu’à Bois-Franc

Montréal presse Québec de prolonger la ligne orange jusqu’à Bois-Franc
Photo: Archives/Métro

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, presse Québec de financer le prolongement de la ligne orange du métro de la station Côte-Vertu à la future station Bois-Franc du Réseau express métropolitain (REM). Un projet jugé «prioritaire» alors que de vastes développements immobiliers sont prévus dans ce secteur.

«Ce qui est encourageant, c’est qu’on ne part pas de rien. On a beaucoup d’études de faites. La prochaine étape serait un montant fixé dans le [Plan québécois des infrastructures] à venir», a déclaré Mme Plante, qui qualifie ce projet de «prioritaire».

Cette dernière a tenu une conférence de presse mercredi avant-midi afin de présenter sa liste de demandes au gouvernement du Québec en vue du dépôt de son prochain budget le 10 mars.

Plus tôt, mercredi, le directeur des projets de mobilité durable à la Ville, David Therrien, a réalisé une présentation concernant l’historique du projet de prolongement de la branche ouest de la ligne orange du métro, ainsi que les répercussions qu’aurait celui-ci.

L’expert a notamment rappelé que ce projet est dans l’air depuis le début des années 1970. L’ancienne administration de Gérald Tremblay avait d’ailleurs inclus celui-ci dans son Plan de transport, en 2008.

«Le fait que ça fasse 50 ans [qu’on en parle], ça montre à quel point on est en mode rattrapage», a soulevé Mme Plante au terme de cette présentation.

Congestion routière

Ce prolongement de 2,3 km de la ligne orange, qui nécessiterait l’aménagement de deux stations, est d’autant plus nécessaire que de vastes projets immobiliers sont en voie de prendre forme dans le secteur Namur-De la Savane, estime la Ville.

«On assiste actuellement à une très forte effervescence immobilière dans le secteur qui nous concerne», constate M. Therrien. 

Parmi ces projets, on compte l’ancien hippodrome et le Royalmount, qui prendra forme au coin des autoroutes 15 et 40. Ainsi, 30 000 logements et 20 000 nouveaux emplois sont à venir dans ce secteur, analyse la Ville.

«Si on ne réalise pas ce prolongement, tous ces projets [immobiliers] vont avoir un handicap», prévient le maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, qui réclame un échéancier «le plus court possible» pour ce projet.

Ce handicap, c’est la congestion routière. La Ville estime que les développements à venir dans le secteur Namur-De la Savane pourraient générer près de 195 000 déplacements de plus par jour. Or, l’échangeur Décarie souffre déjà d’une congestion routière. Environ 360 000 véhicules y circulent quotidiennement.

«Force est de constater que si on ne fait rien, le réseau routier va devenir encore plus surchargé et les conditions de circulation vont continuer de se dégrader jusqu’à temps qu’elles deviennent critiques à certaines périodes de la journée», craint David Therrien.

L’expert a d’ailleurs souligné que le nouveau garage Côte-Vertu de la Société de transport de Montréal, actuellement en construction, sera conçu de manière à «pouvoir le raccorder vers le nord pour un futur prolongement». 

Conditions favorables

Selon l’expert en planification des transports Pierre Barrieau, ce projet pourrait se réaliser rapidement. Il estime que le contexte actuel est favorable à sa concrétisation alors que Québec dispose d’importants surplus budgétaires.

«C’est un projet sérieux. Ça fait des années qu’on y réfléchit. Ce n’est pas de savoir si le projet va voir le jour, mais plutôt quand.» -Pierre Barrieau, expert en planification des transports

Aucun engagement du MTQ

Le ministère des Transports du Québec n’a pas voulu prendre position sur ce dossier mercredi. L’Autorité régionale de transport métropolitain lui a pourtant fourni en juin 2019 une fiche d’avant-projet sur ce prolongement.

«Il est important pour nous de bien planifier et d’évaluer l’ensemble des besoins. Concernant la présence [de ce projet] au budget, il n’est pas possible de s’avancer à ce sujet, d’ici le dépôt par le ministre des Finances», a indiqué à Métro Sarah Bigras, l’attachée de presse de la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau.

Articles similaires