Montréal
05:00 18 avril 2020 | mise à jour le: 17 avril 2020 à 19:49 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: fini, le dépistage au Quartier des spectacles

Coronavirus: fini, le dépistage au Quartier des spectacles
Photo: Josie Desmarais/MétroUne clinique sans rendez-vous de dépistage du coronavirus avait été érigée au Quartier des spectacles.

La clinique de dépistage «à l’auto» du Quartier des spectacles a fermé ses portes et serait sur le point de déménager à l’Hôtel-Dieu. Fini, donc, le dépistage massif auprès des Montréalais symptomatiques.

Fermée discrètement le 12 avril, la clinique sans rendez-vous du Quartier des spectacles offrait des services de dépistage à quiconque ressentait des symptômes dans la région métropolitaine.

«[La clinique] du Quartier des spectacles déménage à l’Hôtel-Dieu dimanche», a par ailleurs fait savoir le syndicaliste Alain Croteau à Métro, au sortir d’une rencontre avec l’équipe de direction du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Installée non loin de la Place des Arts à la fin du mois de mars, la clinique de dépistage du Quartier des spectacles permettait de tester jusqu’à 2500 personnes par jour. Le passage en voiture était fortement encouragé.

Au moins 26 000 visites ont eu lieu dans l’installation du centre-ville, selon des chiffres fournis par la Direction régionale de la santé publique (DRSP). De ce nombre, 21 400 personnes ont reçu un test.

Les anciens locaux d’urgence de l’Hôtel-Dieu avaient eux aussi été mis à contribution plus tôt dans la crise. Première clinique de dépistage «désignée COVID-19», l’ancien hôpital avait été critiqué pour des mesures de protection «insuffisantes».

Le poste avait ensuite fermé ses portes au public pour tester uniquement le personnel soignant.

Priorités des tests

Contacté par Métro, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confirmé la fermeture de la clinique. Le service de dépistage, a-t-on dit, se fait dorénavant dans les cliniques désignées d’évaluation (CDE).

Il y a plus d’une centaine de ces CDE au Québec. Celles-ci testent selon une priorité de dépistage établie par la santé publique. Au premier rang viennent entre autres «les patients hospitalisés symptomatiques» et «les femmes enceintes symptomatiques au 3e trimestre».

Le personnel soignant symptomatique occupe le deuxième rang, devant les usagers des centres de soins longue durée.

Les individus issus de la communauté qui présentent des symptômes occupent désormais le 6e rang de la liste.

Concentrer les tests dans les CHSLD?

«La priorisation des tests a effectivement changé depuis le 11 avril pour tenir compte de l’évolution de la situation actuelle», indique dans un courriel la relationniste du MSSS Marie-Hélène Émond.

«Il n’est pas complètement impossible dorénavant d’obtenir un test de dépistage si on a des symptômes (P6). Toutefois, ce sont les priorités nouvellement établies qui s’appliquent», ajoute-t-elle.

La ministre provinciale de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, maintient depuis la semaine dernière qu’elle souhaite tester «systématiquement» dans les CHSLD de la province, particulièrement touchés par le coronavirus.

Trois quarts des CHSLD montréalais ont vu apparaître des éclosions de la COVID-19. Jeudi, la directrice régionale de la santé publique, Mylène Drouin, avait convenu qu’il y avait «une capacité limitée de tests disponibles».

«Notre priorité va aux travailleurs du réseau de la santé», avait-t-elle affirmé.

Au-delà de la clinique du Quartier des spectacles, la DRSP offre plusieurs postes de dépistage, dont un à Côte-Saint-Luc et un à Lachine.

Articles similaires