Montréal
16:50 13 juillet 2020 | mise à jour le: 13 juillet 2020 à 18:44 temps de lecture: 3 minutes

Royalmount: les citoyens appelés à commenter la nouvelle mouture du projet

Royalmount: les citoyens appelés à commenter la nouvelle mouture du projet
Photo: Capture d'écran Royalmount

Des centaines de citoyens auront l’occasion dès mardi de commenter la plus récente mouture du méga-projet Royalmount, mais leurs attentes sont limitées.

Le promoteur Carbonleo a prévu deux présentations publiques qui auront lieu mardi et mercredi en soirée. Celles-ci se dérouleront en plein air au Théâtre ciné-parc Royalmount, situé à l’intersection de l’autoroute 40 et du boulevard Décarie, à l’endroit même où un vaste projet immobilier et commercial pourrait voir le jour dans les prochaines années.

Sur place, une cinquantaine de places assises seront installées pour les personnes qui se rendront sur place à pied. Quelque 200 personnes pourront aussi prendre part à l’événement à partir de leur voiture. Grâce à cette formule particulière, l’entreprise souhaite faciliter le respect des mesures de distanciation physique. Contactée par Métro, une représentante du promoteur a indiqué que presque l’ensemble des places disponibles étaient déjà prises pour la soirée de mardi.

Ces présentations porteront sur la dernière mouture du projet, annoncée à la fin du mois de février. Celle-ci prévoit notamment de réduire le nombre d’espaces commerciaux, de places de stationnement et de salles de spectacle sur le site. Le promoteur entend aussi se contenter de construire 4500 logements et de miser sur l’aménagement de divers espaces verts et de liens piétonniers et cyclables, entre autres.

Peu d’attentes

Les attentes sont toutefois minces de la part de plusieurs citoyens qui militent contre ce projet depuis plusieurs mois.

«Ce qu’on craint, c’est que tout le monde soit le bienvenue, mais que personne ne soit écouté», laisse tomber le porte-parole du comité citoyen Royalement contre Royalmount, Pierre Avignon.

La représentante d’un groupe de résidents de Ville Mont-Royal, Françoise Legris, déplore également que ses membres n’aient «aucune prise» sur ce méga-projet. Il aura pourtant des impacts majeurs sur leur quotidien s’il va de l’avant dans sa forme actuelle, souligne-t-elle.

«Si jamais il y avait un accord pour aller de l’avant avec la construction de 4500 logements, on parle de 10 ans de poussière et de bruit. Ce serait invivable pour les gens qui vivent autour», estime Mme Legris.

«On espère toujours qu’il y ait une ouverture [du promoteur] parce que sinon, ça ne sert à rien de consulter. Mais ça semble plus être une opération de communication qu’une vraie consultation.» -Pierre Avignon, porte-parole du comité citoyen Royalement contre Royalmount

Impact environnemental

Le promoteur affirme d’autre part que cette nouvelle mouture rendra le projet «carboneutre», mais plusieurs en doutent.

«C’est loin d’être tout le monde qui va se rendre là en vélo ou en métro, donc la majorité des gens vont s’y rendre en voiture. Donc, déjà là, il y a une faille. Le bâtiment a beau être carboneutre, si plein de gens y vont en voiture, ça pose problème», souligne à Métro le président de la Coalition climat Montréal, Jean-François Boisvert. Le projet Royalmount se situe déjà dans un des secteurs les plus congestionnés au Québec.

M. Avignon questionne pour sa part la «viabilité» du projet dans un contexte «post-COVID».

«On a des centres commerciaux qui ferment un peu partout. On souhaiterait que dans le contexte post-covid, l’argent aille à une relance verte et non dans des projets de mégalomanes», laisse-t-il tomber.

Le promoteur Carbonleo n’a pu accorder une entrevue à Métro, lundi.

Articles similaires