Montréal
05:00 25 décembre 2020 | mise à jour le: 24 décembre 2020 à 17:01 temps de lecture: 4 minutes

Des voeux pour Montréal en 2021

Des voeux pour Montréal en 2021
Photo: Josie Desmarais/MétroLes leaders des trois partis d'opposition, Dominique Anglade, Manon Massé et Paul St-Pierre Plamondon

Dans les partis d’opposition provinciaux, 2021 est vue comme l’année de la renaissance pour Montréal. Leurs chefs ont confié à Métro leurs plus grands voeux pour la métropole dans les douze prochains mois.

Dominique Anglade

La cheffe du Parti libéral du Québec accueille avec soulagement l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) dans l’est de Montréal. Mais une chose cloche, selon elle. En se retirant du montage financier de la station du REM à l’aéroport Montréal-Trudeau, Québec a mis en danger la réalisation du projet, souligne l’élue.

«Il faut régler rapidement cette question, martèle-t-elle. C’est ridicule de penser qu’après avoir fait tout ça, on va manquer l’opportunité d’avoir une station sous l’aéroport.»

Elle s’attend à un «leadership fort» de la part du gouvernement Legault dans ce dossier.

Aéroports de Montréal (ADM) devait à l’origine assumer en partie la facture de cette station de transport collectif. Or, la pandémie a drainé une bonne part des revenus de l’organisme. Sans la participation des différents niveaux de gouvernements, le REM pourrait ne jamais se rendre à Montréal-Trudeau.

Selon la cheffe de l’opposition officielle, 2021 ne mettra pas fin aux impacts psychologiques de la pandémie.

Selon une étude de l’Université de Sherbrooke publiée fin septembre, un Montréalais sur quatre aurait souffert de dépression majeure ou d’anxiété cet automne. Mme Anglade revient à la charge avec la proposition de son parti: créer un programme de psychothérapie public et universel.

Consciente que 2021 sera aussi marquée par la COVID-19, l’élue de Saint-Henri–Sainte-Anne demande à Québec d’utiliser dès maintenant les tests rapides qui lui ont été fournis à la fin 2020.

«Même s’ils ne sont pas parfaits, ils permettraient de poser des diagnostics dans tous les endroits touchés, les CHSLD, les milieux de travail…», évoque-t-elle.

Manon Massé

En 2021, la co-porte-parole de Québec solidaire veut une solution à la crise du logement à Montréal. Elle demande à Québec de mettre en branle un «grand chantier de logement social».

«Il y a des infrastructures publiques à Montréal qui pourraient être transformées en logement. L’enjeu, c’est que Québec, depuis deux ans, n’a annoncé aucune nouvelle unité d’AccèsLogis», affirme la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

Sur le plan du transport collectif, Mme Massé espère voir le prolongement de la ligne bleue du métro se concrétiser une bonne fois pour toutes.

«Je vais faire un souhait: qu’on voit vraiment les premières pelletées de terre», lance-t-elle. Déjà, des travaux préparatoires ont commencé à l’automne. Le processus d’expropriation des bâtiments qui se situent sur le territoire du futur tracé se poursuit.

Pour aborder la COVID-19, «il faut absolument améliorer significativement les conditions de travail et les conditions salariales» du personnel du réseau de la santé, au front depuis mars, ajoute Mme Massé.

Enfin, après la pandémie, l’élue solidaire exhorte le gouvernement Legault à ne pas oublier les artisans du secteur culturel. «Sacrifiés» durant les derniers mois selon elle, les techniciens et les artisans de l’ombre ont besoin d’aide directe, réitère-t-elle.

Paul St-Pierre Plamondon

Pour le chef du Parti québécois, il faudra parler de langue française en 2021. À Montréal, où les entreprises font de plus en plus appel à l’anglais, M. St-Pierre Plamondon souhaite du «leadership» de la part du gouvernement caquiste.

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, déposera cet hiver ou au printemps prochain un projet de loi censé modifier la Loi 101.

«C’est un dossier qui traîne. En 2021, j’aimerais voir les voeux pieux se transformer en réelles prises d’action», évoque M. St-Pierre Plamondon.

Le chef péquiste souhaite aussi voir la métropole reprendre son essor économique, et d’autant plus à l’est.

«L’Est de Montréal a toujours été le parent pauvre des politiques publiques, le grand oublié. Beaucoup de petites et moyennes entreprises ont souffert de la crise. Il faudra les soutenir. Je pense particulièrement à celles de l’Est», avance-t-il.

Pour M. St-Pierre Plamondon, «les projets en attente» à l’est du boulevard Saint-Laurent sont trop nombreux. Il suggère à Québec d’investir dans la réfection de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont et dans l’«amélioration de la rue Notre-Dame».

Un dernier voeu inédit pour Montréal en 2021? «Une Coupe Stanley pour le Canadien!», lance-t-il. Le club de hockey atteindra les séries éliminatoires, en tout cas, prédit le leader péquiste.

Articles similaires