Montréal
16:14 27 janvier 2021 | mise à jour le: 27 janvier 2021 à 19:52 temps de lecture: 3 minutes

Montréal dépense pour l’instant moins d’argent sur le déneigement

Montréal dépense pour l’instant moins d’argent sur le déneigement
Photo: Archives

Profitant jusqu’ici d’un hiver plus doux, la Ville de Montréal est en deçà de son budget prévu pour le déneigement.

«On a un peu plus de clémence de Dame Nature et ça nous permet jusqu’à maintenant – on touche du bois – de souffler un peu avec un peu moins de précipitations», a expliqué le responsable des services aux citoyens à la Ville, Jean-François Parenteau, lors d’un point de presse sur les opérations de déneigement.

En date d’aujourd’hui, deux opérations pour charger en moyenne 20 cm de neige ont été déclenchées dans la métropole. C’est surtout la quantité de neige tombée qui fait grimper les dépenses, précise M. Parenteau.

«Les opérations ont fonctionné de façon A1. Il n’y a eu aucun retard», a-t-il soutenu.

Presque à pareille date l’an dernier, la Ville craignait de devoir dépenser plus d’argent que prévu pour le déneigement. Lors des deux années précédentes, Montréal avait été déficitaire dans cette colonne.

Installation de barres latérales

Lors d’un point de presse, la mairesse Valérie Plante a également vanté le progrès de l’installation des barres latérales sur les camions de déneigement.

L’administration Plante a fait installer ces équipements sur la totalité des 980 camions appartenant à la Ville.

Des contrats avec cette exigence ont été octroyés à des entreprises privées dans six arrondissements, soit Saint-Laurent, Ahuntsic-Cartierville, Villeray–Saint-Michel-Parc-Extension, Anjou, Saint-Léonard, Rivière-des-Prairies–Pointe-Aux-Trembles. C’est donc 20% des 1440 véhicules avec qui la Ville fait affaire qui sont équipés de barres latérales.

La Ville exige depuis cet hiver que tous les «gros contrats» comportent une clause qui oblige les camions à être munis de cet équipement de protection. Les barres latérales sont fixées à la hauteur des roues des poids lourds afin d’éviter que les piétons et les cyclistes ne glissent accidentellement en dessous.

«Nous avons un désir, depuis notre arrivée en poste, de mieux encadrer le matériel roulant», a souligné Mme Plante.

L’administration avait d’abord promis de les faire installer en 2019. Voyant le retard, l’opposition officielle avait pressé Projet Montréal de respecter son engagement.

Le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Pérez a réagi sur Twitter. «[La mairesse Plante] se lance des fleurs en disant être proactive. Comme d’habitude, mieux vaut tard que jamais.»

La mairesse aurait pour sa part aimé qu’une réglementation du gouvernement fédéral soit mise en place pour imposer cet équipement à l’échelle nationale. Selon les dires de Mme Plante, des discussions à cet effet auraient toujours lieu avec le gouvernement Trudeau.

Couvre-feu et ajustements

La pandémie et le couvre-feu, qui forcent la population à rester davantage à la maison, ont eu certains effets en lien avec le déneigement. Les équipes de la Ville de Montréal ont observé une légère baisse des remorquages de véhicules, par exemple.

Montréal a de son côté procédé à certains ajustements pour que les citoyens puissent composer avec les mesures sanitaires sans gêner les opérations de la municipalité. Davantage d’heures gratuites de stationnement ont été ajoutées dans les espaces dédiés par la Ville.

M. Parenteau a souligné la bonne collaboration des Montréalais. «Le stationnement est toujours un enjeu, mais quand les gens participent comme ils l’ont fait, les opérations roulent très bien.»

Articles similaires