Montréal
13:14 3 mai 2021 | mise à jour le: 3 mai 2021 à 17:32 temps de lecture: 5 minutes

Des associations étudiantes dénoncent la tenue d’examens finaux en présentiel

Des associations étudiantes dénoncent la tenue d’examens finaux en présentiel
Photo: Archives/MétroLe Collège Vanier

Les cégeps anglophones Dawson, Vanier et Marianopolis ont décidé de tenir des examens finaux en présentiel, ce que dénoncent leurs associations étudiantes qui demandent au gouvernement de renverser la décision.

Ce sont particulièrement les étudiants des programmes de sciences et de mathématiques qui devront se déplacer sur le campus pour procéder à une évaluation en personne dans le but d’éviter les risques de tricherie

Pour le président de l’Association étudiante de Dawson, Kevin Contant-Holowatyj, le collège privilégie l’intégrité académique au profit de la santé de ses étudiants. «Nous pensons que la meilleure façon d’assurer la sécurité des étudiants et du personnel est de tenir les examens en ligne», a-t-il déclaré en conférence de presse lundi matin.

Forte opposition des élèves

Après avoir sondé ses membres, l’association étudiante de Dawson a constaté que 88,49% des étudiants étaient contre la tenue des examens finaux en personne. Plus de 2500 étudiants ont déjà signé une pétition s’opposant à la décision de la direction.

Au collège Marianopolis, 85,8% des étudiants se sont prononcés contre les examens en présentiel. «Malgré cette forte opposition, l’administration a décidé de maintenir leur décision en ignorant nos préoccupations», a déploré la porte-parole de l’association étudiante du cégep, Miriam Hotter. 

La vice-présidente de l’association étudiante du collège Vanier, Ammar Aljarabi, indique que 818 élèves ont signé une pétition pour signifier leur désaccord à ce «changement de dernière minute» dans le plan de cours. 

Selon Kevin Contant-Holowatyj, des centaines d’étudiants se sont manifestés sur les réseaux sociaux pour exprimer leurs inquiétudes face à la tenue des examens en personne. Certains ont peur de contracter le virus dans les transports en commun, tandis que d’autres craignent davantage de le transmettre aux membres de leur famille plus vulnérables au virus.

L’enjeu de la santé mentale a aussi été soulevé par les membres des différentes associations étudiantes. 

Une décision renversée l’automne dernier

L’automne dernier, à quelques jours de Noël, des cégeps avaient aussi tenté de forcer des élèves à se déplacer sur les campus pour leurs examens finaux. Toutefois, la décision avait été renversée par le gouvernement de François Legault.

«Pourquoi le gouvernement n’intervient pas maintenant? La situation actuelle n’est pas différente de celle de l’automne dernier», a déclaré Miriam Hotter. 

Pour sa part, l’administration du Collège Dawson reste ferme, assurant avoir consulté la Direction régionale de santé publique (DRSP) sur sa décision. «La DRSP ne s’oppose pas à la tenue d’examens sur le site, à condition que les protocoles de santé et de sécurité soient respectés et que les étudiants ne se rassemblent pas avant et après les examens. Dawson disposera d’un personnel de service qui veillera à ce que les étudiants ne se rassemblent pas», a indiqué la porte-parole à Megan Ainscow.

En effet, le ministère de la Santé et des Services sociaux, indique que «dépendamment des secteurs dans lesquels les écoles se trouvent, il est possible que certains examens se donnent en présentiel» dans le respect des mesures sanitaires. Toutefois, il rappelle que les évaluations en ligne «sont à privilégier lorsque possible».

Et les cégeps francophones?

Des cégeps francophones comptent aussi tenir certains examens en présentiel. C’est d’ailleurs le cas du Cégep Saint-Laurent, a confirmé la coordonnatrice des communications, Isabelle Moncion.

Jusqu’à nouvel ordre et à moins d’un avis contraire de la santé publique ou du premier ministre, le Collège Maisonneuve prévoit aussi organiser certains examens finaux en présence du 14 au 31 mai. «Les campus du Collège ont été sécuritaires tout au long de la pandémie et continueront de l’être si tous respectent les consignes sanitaires. Pour la période des examens finaux, les mesures de sécurité seront d’ailleurs accrues et les contrevenants expulsés», ajoute la conseillère en communication, Emilie Laramée.

Le Cégep du Vieux-Montréal privilégiera aussi une formule hybride. En effet, l’administration décidera au «cas par cas» quels examens se feront en présentiel ou à distance, explique la porte-parole, Guylaine Fortin. La décision se fera sur la base de deux critères: si le cours se donne en présence ou non et quelle est la nature de l’examen lui-même, à savoir si le risque de plagiat est élevé, par exemple. 

Toutefois, au collège Ahuntsic, les examens en présentiel ne sont pas obligatoires, indique la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

D’ailleurs, la FECQ se montre solidaire envers les associations étudiantes qui s’opposent à la tenue des examens en personne. «Depuis le début de la crise, le mot d’ordre en enseignement supérieur est la flexibilité. Au sein du réseau collégial, on s’ajuste aux réalités diverses des étudiant.es. Cette situation ne devrait pas faire exception à la règle; lorsqu’il est question de sécurité, il faut faire preuve d’adaptabilité», a déclaré la porte-parole de la FECQ, Noémie Veilleux.

 

Articles similaires