National
14:28 19 novembre 2020 | mise à jour le: 19 novembre 2020 à 16:15 temps de lecture: 3 minutes

Des étudiants de Polytechnique craignent les examens en personne

Des étudiants de Polytechnique craignent les examens en personne
Photo: TC Media - ArchivesLes pavillons Pierre-Lassonde et Claudette-MacKay-Lassonde de Polytechnique

Des étudiants de l’École Polytechnique ont fait part de leur mécontentement dans les derniers jours alors que l’établissement s’apprête à tenir des examens en personne au Palais des congrès. L’université assure avoir pris toutes les précautions nécessaires.

La nouvelle est tombée mardi. Dans un message à la communauté étudiante, l’école de génie confirmait avoir «loué au Palais des congrès de Montréal quatre immenses salles d’une superficie totale de plus de 10 000 m2» afin d’y tenir ses examens de fin de session, prévus pour la période du 10 au 23 décembre.

C’est ce qu’appréhendait Nikolay Tokmantsev, étudiant de deuxième année en génie mécanique. En discutant avec des collègues, il a constaté qu’il n’était pas seul.

«Si 300 personnes viennent au même endroit, c’est possible que des amis qui ne se sont pas vus depuis le début de la pandémie commencent à se parler à l’entrée et à la sortie. Si ça arrive, ça ne va qu’augmenter les risques de transmission de la COVID-19», indique l’étudiant en génie mécanique.

S’ajoutent à cela les risques rencontrés par les étudiants qui se déplacent en transport en commun, souligne-t-il.

Retourner toutes les pierres

En apprenant la nouvelle, Nikolay Tokmantsev s’est adressé directement à la direction de l’école sur le forum étudiant de Polytechnique.

L’École affirme avoir entendu les doléances des étudiants. «Je comprends leurs craintes. La pandémie est quelque chose qui met tout le monde mal à l’aise», convient le directeur adjoint de la formation et de la recherche de l’université, Pierre Baptiste.

Il ajoute cependant que Polytechnique a longtemps négocié avec les représentants de la classe étudiante avant d’en venir à cette décision.

«Il y aura, simultanément, entre 400 et 850 étudiants en présence aux examens. Et ce, dans des salles qui peuvent accueillir 10 000 personnes et plus. Donc, nous sommes à moins de 10% de la capacité», constate-t-il.

«Les distanciations possibles dans ces lieux-là seront bien supérieures à tout ce que la santé publique nous demande.» – Pierre Baptiste, directeur adjoint de la formation et de la recherche de l’université

Les entrées d’étudiants se feront par «vagues, largement espacées» dans le temps. Le port du masque sera obligatoire en tout temps, même durant l’évaluation.

Enfin, l’École Polytechnique a fait un accroc à ses pratiques habituelles en permettant à certains étudiants de fournir une «motivation d’absence» afin de participer à un examen en différé au début du mois de janvier. La présentation d’un certificat médical, demandée en temps normal, ne sera pas nécessaire cette fois-ci.

Et les examens en ligne?

Pour Nikolay Tokmantsev, l’établissement n’a pas évalué toutes les options. Il propose la tenue d’examens en ligne où les questions sont pigées à l’intérieur d’une longue liste préparée d’avance et remises aléatoirement à chaque étudiant.

«Il y a très peu de chances que deux amis reçoivent le même examen et puissent tricher», illustre-t-il.

Pierre Baptiste accueille la proposition, mais souligne qu’«il y a des risques importants» que le système informatique flanche durant les examens.

«Avoir la crainte de ne pas pouvoir se connecter, que le système tombe en panne pendant l’examen, ce sont des choses aussi stressantes que de venir au Palais des congrès, pour être honnête», affirme le professeur.

Les examens en personne font partie des rassemblements «essentiels» permis depuis octobre par la Santé publique.

Articles similaires