Montréal
19:36 31 mai 2021 | mise à jour le: 8 juin 2021 à 11:48 temps de lecture: 3 minutes

Montréal veut assurer l’avenir du Quartier chinois

Montréal veut assurer l’avenir du Quartier chinois
Photo: Archives Métro

«Augmentation d’incidents racistes, baisse d’achalandage dans ses commerces et absence de touristes», le Quartier chinois a été durement touché par la pandémie et Montréal veut donc s’assurer de sa prospérité et de son avenir.

Des représentants du Quartier chinois et du milieu des affaires ont pu se rencontrer, lundi, dans le cadre d’un RDV stratégique de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) nommé Relance inclusive: présent et avenir du Quartier chinois.

«Le Quartier chinois contribue fortement au rayonnement de Montréal sur la scène internationale. Sa prospérité est un gage de réussite pour la relance des quartiers limitrophes et l’ensemble de la métropole. Toutes les forces en puissance, autant internes qu’externes, doivent se mobiliser pour assurer son avenir. Le moment est propice pour travailler ensemble, et nous sommes heureux que des acteurs de toutes les communautés aient répondu présents à l’appel d’aujourd’hui.» – Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Cette rencontre, co-développée par la Ville de Montréal, posera les jalons de futures solutions pour que ce quartier prospère. Les détails de ce plan ciblé devraient seront dévoilés plus tard.

La pandémie plus difficile dans le Quartier chinois

Défini comme un pôle touristique, gastronomique et économique de la métropole, le Quartier chinois regroupe plus de 150 commerces qui emploient quelque 500 personnes. Ce secteur a été durement touché par la pandémie.

«Ce quartier a été l’un des premiers secteurs de la métropole à subir les conséquences de la pandémie. Il a dû composer avec une augmentation d’incidents racistes, une baisse d’achalandage dans ses commerces et l’absence de touristes, qui ont eu pour effet de fragiliser le secteur de façon importante», souligne la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Le 21 mars dernier, une marche pour dénoncer le racisme anti-asiatique avait eu lieu à Montréal. Les organisateurs dénonçaient «une hausse drastique de ces comportements de haine envers la communauté asiatique depuis la pandémie».

Rebecca Ng, une jeune femme asiatique s’élevait contre le racisme anti-asiatique, alors qu’elle fut la cible de commentaires racistes et de gestes violents par un homme qu’elle a filmé dans le métro.  

Ce RDV stratégique a rassemblé 400 participants dont le ministre du Patrimoine du Canada, Steven Guilbeault, la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Articles similaires