Montréal

Une bannière géante contre le glyphosate déployée près de l’échangeur Turcot

La bannière déployée par Vigilance OGM prés de l'échangeur Turcot Photo: Gracieuseté Vigilance OGM

Les automobilistes ont pu l’apercevoir tôt ce matin près de l’échangeur Turcot à Montréal, une bannière géante dénonçant l’utilisation excessive du glyphosate a été déployée ce matin par Vigilance OGM.

Sur cette bannière mis en place par «des citoyens», on peut y lire «Glyphosaté dés le déjeuner». Le slogan est accompagné d’un dessin satirique où on peut y discerner le coq emblématique des céréales Corn Flakes Kellogg’s, grimé en bidon de Roundup, produit phare du groupe Bayer, qui contamine le petit déjeuner d’un homme portant un masque à gaz.

Vigilance OGM annonce dans un communiqué avoir procéder à cette action suite à l’annonce d’une hausse des limites maximales de résidus (LMR) de glyphosate par Santé Canada «à la demande de son principal fabricant, Bayer, mais aussi aux ingérences des lobbys dénoncés par Louis Robert, l’agronome lanceur d’alerte au Québec.» affirme l’OBNL.

Être exposé à des pesticides toxiques n’est pas une fatalité, il est urgent que nos gouvernements arrêtent leurs aplaventrismes face aux géants des pesticides. Nos gouvernements doivent assurer la protection de la santé des citoyen.ne.s et de l’environnement, pas la santé financière de multinationales de l’agrochimie.

Thibault Rehn, coordinateur de Vigilance OGM dans un communiqué. 

De réelles mesures demandées

Par cette action, Vigilance OGM entend alerter les gouvernements provincial et fédéral sur les dangers du glyphosate et d’autres pesticides sur la santé des agriculteurs, des consommateurs mais également de leurs impacts sur l’environnement.

L’OBNL dénonce notamment des dysfonctionnements que ce soit au niveau fédéral chez Santé Canada ou provincial avec l’influence de l’industrie des pesticides et des conflits d’intérêts. Vigilance OGM a notamment publié un manifeste Sortir du glyphosate assorti d’une pétition qui a récolté près de 8800 signatures au moment d’écrire ces lignes. L’OBNL y liste «15 revendications qui ont fait consensus auprès des experts indépendants entendus lors de la commission parlementaire sur les pesticides de 2019».

En août dernier, la mairesse de Montréal Valérie Plante avait fait grande impression en annonçant l’interdiction prochaine du glyphosate et de 35 autres pesticides controversés sur son territoire, et ce dès janvier 2022. Vigilance OGM avait salué cette annonce démontrant «un courage politique».

«Le gouvernement provincial devrait suivre l’exemple de Montréal et étendre l’interdiction à l’ensemble du Québec», avait déclaré Olivier Therrien, responsable à la mobilisation – Ma municipalité sans pesticides à Vigilance OGM.

Articles récents du même sujet