Montréal

Le litre d’essence dépasse les 2 $ dans le Grand Montréal

prix essence mtl
Une station-service à l'angle du boulevard Saint-Laurent et de l'avenue Bernard. Photo: Quentin Dufranne / Métro

Le prix de l’essence a dépassé 2 $ le litre d’ordinaire dans certaines stations-service du Grand Montréal, vendredi matin.

Ce prix symbolique n’a pas encore été atteint dans toutes les stations-service sur l’île, mais les prix le frôlent. La hausse du prix de l’essence devrait se poursuivre au cours des prochains jours, selon plusieurs analystes.

Les internautes réagissent

Plusieurs internautes ont réagi sur les réseaux sociaux au franchissement de cette barre symbolique. La plupart ont réagi négativement, mais certains ont aussi émis une opinion positive à propos de la hausse du prix de l’essence.

Le prix de l’essence: «du jamais vu»

«Les prix qu’on voit actuellement, c’est du jamais vu depuis 2008», a indiqué le professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’UQAM, Mark Purdon, à une journaliste de Métro en mars dernier. Selon lui, la hausse du prix de l’essence est une conséquence du conflit qui sévit actuellement entre l’Ukraine et la Russie, cette dernière étant l’un des trois plus grands exportateurs de pétrole au monde.

Selon Mark Purdon, cette situation obligera probablement les Québécois à se tourner vers d’autres moyens de transport. Le covoiturage serait entre autres l’une des possibilités envisagées, puisqu’elle permet de réduire grandement les dépenses en carburant.

Le service de covoiturage Communauto a d’ailleurs annoncé en mars dernier qu’il ajoutera 800 nouveaux véhicules à sa flotte. Possiblement en lien avec la hausse du prix du carburant, la compagnie a dit avoir connu une hausse de ses abonnés de 30% au cours de 2021. D’ici la fin de la saison estivale, 3000 automobiles seront accessibles aux usagers de Communauto à Montréal. 

Un impact direct sur la hausse des prix

Cette hausse du prix de l’essence a évidemment un impact sur la hausse des prix en général, puisqu’elle affecte également les gros transporteurs de marchandise. C’est notamment le cas pour l’entreprise Transport Saint-Laurent, qui livre et installe des meubles. Son propriétaire, Kent Bheekoo, a d’ailleurs dû revoir à la hausse certains contrats avec des magasins pour lesquels il effectue la livraison.

Il avoue également que ce sont les consommateurs qui risquent de payer la facture de cette hausse. «À un certain moment, les entreprises devront trouver un moyen de récupérer les pertes liées à l’augmentation des coûts de transport», a-t-il confié à un journaliste de Métro en mars dernier. «On saura seulement à long terme à quel point les coûts des produits augmenteront», a-t-il ajouté.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet