Écrans

Québec Nostalgie, revivre les fameuses années 1990-2000!

Le premier rassemblement d'adeptes de Québec Nostalgie, aux Rendez-Vous Québec Cinéma 2022
Le premier rassemblement d'adeptes de Québec Nostalgie, aux Rendez-Vous Québec Cinéma 2022 Photo: Courtoisie Québec Nostalgie

Le film Mean Girls (Méchantes ados), l’ourson Zeddy emblématique des magasins Zellers, Carmen Campagne, le petit four Easy Bake, Ramdam, les chansons de Lorie, de la première édition de Mixmania et de Phénomia

On réveille votre fibre mélancolique d’enfant et/ou d’adolescent.e des années 1990 et 2000 à l’évocation de ces souvenirs réconfortants?

Sur le compte Instagram Québec Nostalgie, suivi par près de 75 000 internautes, on ne trouve que de ces petites perles de culture pop ayant égayé les études primaires et secondaires des générations Y et Z: des extraits et photos de films, d’émissions de télévision, de publicités, de vidéoclips, d’idoles, de jouets, de modes de l’époque, d’objets de décoration, des échantillons musicaux et des playlists soigneusement bâties avec d’anciens tubes de l’heure…

Le film Secret de banlieue, avec Jean-François Pichette, Élise Guilbault et Roxane Gaudette-Loiseau, ça vous rappelle quelque chose? Comptez sur Catherine Forget (née en 1992) et Frédérique Paré (née en 1994), créatrices de cette pétillante plateforme génératrice de petits bonheurs, pour vous rafraîchir la mémoire.

Catherine Forget et Frédérique Paré, créatrices du compte Instagram Québec Nostalgie
Crédit : Maryse Boyce

Passion commune

Les deux filles racontent s’être connues «dans la job la plus nostalgique qui existe»: elles vendaient des disques ensemble au HMV du Carrefour Angrignon, en 2015.

En placotant, elles ont réalisé qu’elles entretenaient la même passion pour les péchés mignons «grand public» du passé et eu envie de partager leurs connaissances parfois pointues avec le reste du monde. Le 8 avril 2019, Frédérique s’abonnait au compte Instagram de sa complice Catherine à partir d’une page baptisée Québec Nostalgie. C’était le début d’une belle aventure sans prétention.

«Après 10 semaines, on avait 10 000 abonnés, relate Frédérique. C’était impressionnant pour nous. Nos publications étaient de plus en plus partagées, on recevait déjà beaucoup de messages. Depuis ce temps-là, on est toujours motivées à en faire plus, à trouver des façons d’inciter les gens à s’engager de plus en plus.»

Un premier rassemblement

Le duo propose régulièrement des sondages express en stories, des vidéos et des soirées ciné-club, entre autres activités, pour mousser l’intérêt de sa communauté.

Le 23 avril dernier, un premier rassemblement d’adeptes de Québec Nostalgie avait lieu, à l’invitation des Rendez-Vous Québec Cinéma. Quelque 300 abonné.e.s se sont donné rendez-vous pour une projection spéciale du long métrage québécois La mystérieuse Mademoiselle C., culte pour bien des jeunes trentenaires, en présence de quelques comédien.ne.s, dont Marie-Chantal Perron, Ève Lemieux (maman d’une petite Charlotte, et qui était apparemment très émue pendant le visionnement) et Félix-Antoine Despatie, qui ne fait plus carrière comme acteur.

La séance cinéma était suivie d’un party à la Cinémathèque québécoise, avec jeu-questionnaire et prestations de musique et d’humour, où on estime qu’environ 500 personnes ont mis les pieds. Galvanisées, les instigatrices ont déjà hâte de renouveler l’expérience.

Catherine Forget et Frédérique Paré, créatrices du compte Instagram Québec Nostalgie, en compagnie de Marie-Chantal Perron, du film La mystérieuse Mademoiselle C.
Crédit : Maryse Boyce

Payant? Un peu…

Catherine et Frédérique travaillent toutes deux dans l’univers des réseaux sociaux, la première dans le milieu de la télévision (notamment pour l’émission La tour) et la seconde, à l’Agence spatiale canadienne. Bien qu’elles aient noué quelques partenariats publicitaires lucratifs, Québec Nostalgie ne leur rapporte pas encore assez de sous pour vivre uniquement de ce beau passe-temps.

«Notre but n’a jamais été de faire de l’argent, mais plutôt de rassembler les gens et de faire une page good feeling. On y va un morceau à la fois. Pour en vivre, il faudrait peut-être lancer de la merch [marchandise dérivée, NDLR], mais on n’est pas rendues là. On travaille avec des marques, sans se dénaturer», détaillent en substance les copines, qui «aimeraient bien trop» faire le saut à la télé traditionnelle avec la matière de Québec Nostalgie.

N’empêche, le potentiel est là: elles sont parfois obligées d’éteindre les notifications sur leur téléphone cellulaire tant les gens répondent en masse à leurs publications sur Québec Nostalgie.

On est organisées, on a les bons outils, on sait utiliser les réseaux sociaux et on se parle chaque jour, ça nous aide. Et la nostalgie, c’est vendeur. Fred et moi, on a une mémoire d’éléphant pas possible!

Catherine Forget

Son coffre aux trésors d’archives étant déjà bien garni, le tandem peut de surcroît compter sur un réseau d’ami.e.s tout aussi allumé.e.s pour lui fournir idées et matériel pour alimenter son terrain de jeu, qui s’étale des années 1995 à 2010, environ. Bien sûr, YouTube leur est très souvent d’une grande aide pour dénicher des images oubliées.

Pourquoi la nostalgie?

Pourquoi l’attachement à nos engouements d’hier demeure-t-il si fort à l’âge adulte? Qu’est-ce qui fait qu’en 2022, on s’émoustille encore à la vue d’extraits d’émissions des années 1990? Catherine et Frédérique tentent une réponse.

«Quand on était jeunes, il fallait attendre que notre émission préférée joue à VRAK TV pour la regarder. Si on avait envie d’écouter une chanson, on n’avait pas Spotify; il fallait aller au magasin écouter l’album pour décider si on voulait l’acheter. Il y avait quelque chose de particulier dans notre relation avec la culture, qui n’existe plus aujourd’hui, parce qu’on y a accès tellement facilement. C’est moins spécial aujourd’hui», analyse la première.

«Aujourd’hui, il y a tellement de séries et tellement de films, ajoute la seconde. Il y en avait moins à l’époque. Oui, en ce moment, il y a Riverdale, les jeunes vont peut-être se souvenir d’avoir tripé là-dessus dans 15 ans, mais nous, on aimait Les frères Scott parce qu’il y avait pratiquement seulement ça. Mean Girls, c’est la comédie de filles des années 2000. Pour les ados d’aujourd’hui, quel sera le film par excellence? L’offre est trop large maintenant. Nous, on se passionnait pour les mêmes affaires parce qu’on écoutait tous les mêmes affaires!»

Question inévitable, pour terminer: quels sont les coups de cœur absolus des deux âmes de Québec Nostalgie dans leur domaine de prédilection?

«C’est vraiment Dans une galaxie près de chez vous, avance Frédérique. Je connais les épisodes par cœur. Le film est un chef-d’œuvre (rires). Ç’a bien vieilli, c’est encore drôle. Sur la page, ça fonctionne toujours bien. Ça ne m’a jamais quittée, depuis que je suis jeune, c’est toujours resté dans ma vie. Sinon, qui n’a pas tripé sur Les frères Scott

«J’ajouterais Radio Enfer, renchérit Catherine. Radio Enfer et Dans une galaxie près de chez vous jouaient côte à côte dans l’horaire de Canal Famille. Côté américain, j’aimais beaucoup The O.C. Musicalement, les albums de Britney Spears et de Justin Timberlake, pour moi, c’est du bonbon.»

Catherine Forget, au tournant des années 2000, devant son ordinateur de l’époque…
Courtoisie Collection personnelle
Frédérique Paré, au tournant des années 2000, devant son ordinateur de l’époque…
Courtoisie Collection personnelle

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet