Montréal

Crimes en hausse: Montréal demeure sécuritaire, selon l’administration

Alain Vaillancourt est assermenté comme responsable de la sécurité publique du comité exécutif de Montréal, devant des drapeaux de Montréal et du Québec.
Le responsable de la sécurité publique au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, Alain Vaillancourt Photo: Pablo Ortiz/Collaboration spéciale

Le responsable de la sécurité publique au sein du comité exécutif, Alain Vaillancourt, maintient que Montréal demeure sécuritaire malgré l’augmentation des violences armées dans la métropole. Il souligne le «travail colossal» effectué par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«Pour nous, ce rapport-là, ce n’est pas vraiment une surprise. On sait qu’il y a une augmentation de violences armées […]. Pour nous, le rapport vient juste démontrer que le SPVM fait ce qu’il a à faire», explique M. Vaillancourt lors d’une rencontre avec les médias mardi.

Le rapport d’activités du SPVM pour l’année 2021 révèle une hausse de 17,3% des crimes contre la personne à Montréal par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le nombre de meurtres est passé de 25 en 2020 à 36 en 2021. Même si les infractions au Code criminel ont connu une baisse de 2,8% l’an passé, les homicides et tentatives de meurtre ont quant à eux augmenté respectivement de 39,5% et 27,1% comparativement à la moyenne des cinq dernières années.

Plus de soutien accordé au SPVM

Le responsable de la sécurité publique souhaite engager 250 policiers supplémentaires d’ici le mois de novembre et affirme avoir déjà bonifié les équipes du SPVM, le budget de la police de 45 M$ ainsi que le budget accordé aux organismes communautaires. «Pour nous, le SPVM a les ressources nécessaires présentement pour effectuer ses enquêtes», conclut-il.

L’opposition dénonce un laxisme, un manque de compétence et un manque de soutien de la part de la Ville de Montréal à l’égard des équipes du SPVM.

J’ai peur pour notre ville, j’ai peur pour nos jeunes.

Abdelhaq Sari, porte-parole de l’opposition en matière de sécurité publique

«Dans le même rapport, on lit clairement qu’en 2021 on manquait de plus de 377 policiers et policières sur le terrain […]. [Par conséquent], on a des policiers qui se désengagent, qui sont fatigués, qui sont en burnout. Ça, on le ressent avec les statistiques qu’on voit dans ce rapport», confie Abdelhaq Sari, conseiller de ville dans le district de Montréal-Nord et porte-parole en matière de sécurité publique.

La nuit dernière, dans l’arrondissement de Lachine, un homme dans la trentaine est mort à la suite d’une fusillade. C’est le 11e homicide commis à Montréal depuis le début de l’année 2022.  

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet