Soutenez

Le Grand Montréal veut 100 M$ pour protéger des espaces verts

Le golf de Rosemère
Le golf de Rosemère fait partie du RCI adopté par le Grand Montréal. Photo: Denis Germain/Collaboration spéciale

Deux jours après la réélection d’un gouvernement caquiste majoritaire, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) présente à celui-ci une requête importante. Afin de protéger neuf terrains de golf récemment protégés de potentiels développements immobiliers, on souhaite obtenir une enveloppe de 100 M$ au cours des cinq prochaines années.

«La multiplication d’événements météo extrêmes comme l’épisode de pluie diluvienne du 13 septembre démontrent l’urgence d’agir et d’augmenter la superficie de milieux naturels et d’espaces verts du Grand Montréal. Plusieurs municipalités souhaitent agir en ce sens, mais elles font face à des obstacles majeurs et manquent d’outils», estime la présidente de la CMM, Valérie Plante.

En août, la CMM adoptait un règlement de contrôle intérimaire (RCI) pour favoriser la renaturalisation ou la reconversion de six terrains de golf. Trois autres terrains s’ajoutaient à cette initiative le mois suivant, dont un situé à Dorval. Ce RCI adopté ne garantit pas leur protection permanente. Il bloque temporairement tout développement, le temps d’identifier les moyens à mettre en œuvre afin de concrétiser les choix effectués en matière de protection et de mise en valeur des composantes naturelles d’intérêt métropolitain.

Outre Dorval, la CMM protège les clubs de golf de Belœil, de Chambly, de Mascouche, de Rosemère et de Candiac. La réglementation inclut aussi ceux de Terrebonne, de Boucherville et le Golf Sainte-Rose, à Laval.

Trame verte et bleue

La CMM réclame aussi une autre enveloppe de 100 M$. Cette somme serait ajoutée à son programme de la Trame verte et bleue, et rendrait possible le «développement d’un réseau de parcs métropolitains». Concrètement, cette somme permettrait l’aménagement de la Promenade fluviale du Grand Montréal, sur la digue de la Voie maritime du Saint-Laurent. La communauté s’en servirait aussi pour poursuivre les travaux au parc du Domaine-Seigneurial-de-Mascouche.

Finalement, la CMM demande à Québec de concrétiser sa réforme de la loi sur l’expropriation. Lorsque celle-ci sera adoptée, l’indemnité sera calculée sur la base de la juste valeur marchande lors d’acquisition de terrains.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.