Montréal

Montréal sera débarbouillé

Montréal déclare la guerre aux graffitis. Pas moins de 1 M$ seront investis au cours des prochains mois pour effacer les dessins et tags indésirables.

«C’est l’image de Montréal et pour nous, l’image de Mont­réal est essentielle», a affirmé hier le maire Gérald Tremblay.

L’arrondissement de Ville-Marie absorbera près du tiers de la somme investie (340 000 M$) en raison de son «emplacement stratégique», a-t-il expliqué.

L’an passé, l’équivalent de 187 000 m2 de graffitis ont disparu. Cette année, Montréal veut en effacer jusqu’à 200 000 m2. Le maire souhaite que les graffiteurs démontrent leur talent au cours d’activités encadrées, comme par exemple durant l’événement Under Pressure, tenu au mois d’août.

Graffitis et adolescence
«La plupart du temps, ce sont de jeunes adolescents [qui dessinent des graffitis]», a indiqué le porte-parole du Service de police de Mont­réal, Éric Lalonde. La collaboration des parents est demandée pour décourager ces jeunes contrevenants. Les parents s’exposent même à des poursuites au civil s’ils n’interviennent pas, a ajouté M. Lalonde.

Un graffiteur pris sur le fait s’expose à une amende variant de 100 $ à 1000 $.

Articles récents du même sujet