Montréal

Reconstruire pour et avec les Haïtiens

Marie-Eve Shaffer avec PC - Métro

Le Groupe des amis d’Haïti a convenu hier à Montréal que la reconstruction de la Perle des Antilles se ferait sous la direction des Haïtiens. «Avec eux, pour eux et sous leur direction», a résumé le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. Le respect de la souveraineté d’Haïti et son leadership sont d’ailleurs les premiers principes de la déclaration que les Amis d’Haïti ont adoptée hier durant la conférence ministérielle préparatoire.

Le premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, était très heureux que «le gouvernement haïtien [soit reconnu] comme le partenaire principal et incontournable». La quinzaine de participants à la conférence, dont faisaient entre autres partie les États-Unis, la France, le Brésil et la République dominicaine, se sont engagés à fournir une aide à Haïti pendant au moins 10 ans. Ils veulent ainsi «renforcer l’État haïtien» selon des principes de développement durable.

Les pays bailleurs de fonds se fixent aussi des objectifs pour la reconstruction d’Haïti. Ils souhaitent renforcer le caractère démocratique de  l’État et ils veulent créer des leviers pour assurer le développement économique et social du pays. Les besoins d’Haïti n’ont pas été chiffrés puisque l’évaluation des dégâts n’est pas terminée. Elle le sera avant le mois de mars, où aura lieu une autre conférence sur Haïti à New York.    

Nécessité de superviser l’aide

Lors d’une rencontre bilatérale, le Canada et les États-Unis se sont entendus pour dire qu’il faudrait superviser l’utilisation qui sera faite de l’aide monétaire versée à Haïti. Les détails de cette supervision seront définis ultérieurement.

Articles récents du même sujet