Montréal

Legs du 375e: les citoyens de RDP se sentent oubliés

Photo: Photo TC Media - Hugo Lorini

Voyant qu’un grand projet de scène commémorative verra le jour à Pointe-aux-Trembles, dans le cadre des legs du 375e anniversaire de Montréal, les citoyens de Rivière-des-Prairies se sentent laissés pour compte et constatent que le manque d’infrastructures et de services perdure dans le secteur.

Les Prairivois auraient aimé que le legs du 375e soit aménagé dans RDP, mais l’administration en a décidé autrement.

«Rivière-des-Prairies est un mal-aimé, lance Pierreson Vaval, directeur de l’organisme Équipe RDP. On sent de la part de l’administration une volonté de bouger. Mais est-ce que ça bouge vraiment? Ça, c’est autre chose.»

«Il y a tout de même un aspect positif. Il y a un certain processus de consultation pour certains projets, dont celui de la revitalisation du boulevard Gouin. C’est intéressant parce que ça n’a pas toujours été le cas par le passé. Il faut toutefois que ça se traduise par quelque chose de concret», prévient-il.

Lorsqu’il discute avec les Prairivois, M. Vaval constate qu’en raison de ce manque de concret, «les citoyens ont développé un certain cynisme. Les gens ne croient plus aux annonces».

Ces propos trouvent écho du côté de la Corporation de développement communautaire (CDC-RDP).

«Il y a beaucoup de promesses, mais peu d’infrastructures. Nous n’avons même pas de centre communautaire efficient à RDP», se désole le directeur, Yohan Perron.

Toutefois, M. Perron n’a pas l’impression que les organismes du milieu sont consultés dans l’élaboration des projets.

«Lorsqu’on se présente aux assemblées publiques, les décisions sont pratiquement déjà prises. Il faudrait travailler en amont en utilisant les forces des organismes du milieu», propose-t-il.

Les élus se défendent

Selon la mairesse, Chantal Rouleau, et les conseillers Nathalie Pierre-Antoine et Giovanni Rapanà, il est faux de prétendre que RDP est oubliée.

Mme Rouleau, nie qu’un déséquilibre existe entre les deux districts.

«Oui, Rivière-des-Prairies a besoin d’être redynamisé, oui, il faut investir davantage, je l’admets, mais il est faux de dire que rien ne se fait, alors qu’il y a un immense travail sous-terrain que nous faisons à tous les jours, dit-elle. Les citoyens ne le voient peut-être pas, mais il faut aller chercher des sous pour développer tous les projets que nous avons en tête pour ce quartier.»

Elle ajoute que des investissements importants seront faits dans ce district dans les prochaines années.

«Malgré nos bonnes intentions et notre volonté d’y aller de l’avant avec tous les projets que nous avons en tête pour l’arrondissement, nous ne pouvons pas tout faire en même temps. Nous avons une planification qu’il faut suivre pour s’assurer que tout se fasse comme il faut dans les délais prescrits, fait valoir la mairesse.

J’ai un souci d’équité à tous les jours envers les trois districts de l’arrondissement. Je vais personnellement m’assurer que tous les quartiers en aient pour leur compte.»

Il y aura aussi un legs à RDP pour le 375e. Nous allons inaugurer une place publique comme il y a à Pointe-aux-Trembles. C’était une de nos promesses électorales», rappelle Mme Pierre-Antoine.

«Les citoyens peuvent être assurés que nous travaillons aussi pour RDP. Il y a les projets de revitalisation du boulevard Gouin et de prolongement du boulevard Maurice-Duplessis», insiste la conseillère.

Selon Giovanni Rapanà, cette place publique promise sera vraisemblablement aménagée dans le secteur du pôle René-Masson, c’est-à-dire dans le même secteur où la maison de culture doit être mise en chantier en 2017.

«Je suis conscient que ce pôle a été abandonné, mais on a l’intention de se rattraper. Je suis confiant que nous allons le faire, sinon je ne serais pas ici», tranche-t-il.

– Avec la collaboration de Samantha Velandia

Articles récents du même sujet