National

Pétrole: le chef de l’opposition de l’Alberta s’en prend au gouvernement québécois

Pétrole: le chef de l’opposition de l’Alberta s’en prend au gouvernement québécois
Photo: Jeff McIntosh/La Presse canadienneJason Kenney. Photo: La Presse canadienne

GRANDE PRAIRIE, Alb. — Sans le nommer, le chef de l’opposition de l’Alberta s’en est pris dimanche au premier ministre du Québec lors d’une manifestation en faveur de l’industrie pétrolière qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes, à Grande Prairie.

Jason Kenney a reproché à François Legault et à la classe politique québécoise d’alimenter la grogne contre le secteur pétrolier et les oléoducs.

M. Legault a récemment noté que l’absence d’une «acceptabilité sociale» empêchait la construction d’un pipeline transportant de «l’énergie sale» sur le territoire du Québec.

Refusant de porter le blâme sur la population québécoise, M. Kenney a préféré jeter la pierre à son premier ministre et à ses politiciens.

«La grande majorité des Québécois sont des hommes et des femmes qui travaillent fort et qui appuient nos secteurs des ressources naturelles. Ils oeuvrent dans le secteur forestier, dans l’industrie minière. Ils comprennent les gens [du nord-ouest de l’Alberta], a-t-il déclaré. Mais leur leadership politique leur a dit qu’ils allaient recevoir 13G$ grâce à la péréquation. Cette somme provient en grande partie de notre industrie pétrolière, en grande partie de notre province.»

Épargnant le gouvernement néo-démocrate de sa province, M. Kenney a aussi réservé quelques salves au premier ministre fédéral Justin Trudeau et à ce qu’il considère comme «l’argent étranger» s’opposant au secteur énergétique canadien.

Au cours du rassemblement, plusieurs orateurs ont soutenu que le reste du Canada devait être reconnaissant pour la prospérité créée par l’Alberta.

«[C’est cette prospérité] qui met du poulet sur une table de New Glasgow, en Nouvelle-Écosse, qui met un rôti dans un four de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, qui met de la tourtière dans une assiette de Granby, au Québec. Et du tofu sur des tables de Toronto et de Vancouver!», a lancé Bernard Hancock, surnommé «Bernard the Roughneck», à la foule réunie dans un parc.

La manifestation était organisée par Oilfield Dads et Rally4Resources, deux groupes qui affirment que la réglementation gouvernementale étouffe l’industrie pétrolière et gazière canadienne.

La ville de Grande Prairie est une plaque tournante de la production pétrolière dans le nord-ouest de l’Alberta. Comme partout ailleurs dans la province, l’industrie est aux prises avec un écart de prix important par rapport au reste de l’Amérique du Nord à cause d’un problème de capacité de transport vers ses marchés.

Plusieurs manifestants ont brandi des pancartes dénonçant le projet de loi C-69 du gouvernement fédéral visant à réorganiser l’Office national de l’énergie. Selon les opposants, ce projet de loi empêchera tout nouveau projet de construction d’oléoduc.

Selon la GRC, le rassemblement a attiré plus de 1500 personnes. Un convoi de plus de 600 véhicules a ensuite traversé la ville avec un tintamarre de klaxon.

Le ministre du Développement économique et du Commerce de l’Alberta, Deron Bilous, s’est adressé lui aussi à la foule pour critiquer le gouvernement fédéral qui, selon lui, n’en fait pas assez pour aider la province.

«Il n’y a pas de route, de pont ou d’hôpital qui ne doit rien au secteur de l’énergie de l’Alberta et nous avons besoin que le premier ministre prenne conscience de cela», a-t-il déclaré.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *