Élections fédérales 2019

Andrew Scheer dévoile sa stratégie chiffrée pour atteindre l’équilibre budgétaire

Andrew Scheer dévoile sa stratégie chiffrée pour atteindre l’équilibre budgétaire
Photo: Josie Desmarais/MétroAndrew Scheer, chef du Parti conservateur

Andrew Scheer a dévoilé sa plateforme électorale chiffrée vendredi. Le Parti conservateur du Canada promet de réduire l’impôt des citoyens tout en atteignant l’équilibre budgétaire d’ici cinq ans.

La formation politique a effectué un briefing technique vendredi pour expliquer les grandes lignes de ce document d’une centaine de pages. Elle entend atteindre progressivement l’équilibre budgétaire d’ici 2024-2025. Le parti, dont les intentions de vote ont grimpé vendredi, prévoit même un excédent budgétaire de plus de 600 M$ dans cinq ans.

Pour atteindre cette cible, le parti s’engager à éliminer «tous les programmes de subventions et de contributions aux entreprises». Les économies annuelles estimées grâce à cette mesure sont de l’ordre de 1,5 G$.

Le Parti conservateur souligne à cet effet de nombreux exemples de subventions accordées au secteur privé par le gouvernement libéral. Ottawa a notamment accordé, en avril, une contribution financière de 49 M$ à la Canada Kuwait Petrochemical Corporation, une entreprise pétrolière.

Le Nouveau parti démocratique a également dévoilé vendredi le coût de ses promesses électorales. Le parti social-démocrate prévoit de dégager un déficit de 32,7 G$ l’an prochain.

Moins d’aide étrangère

Dans sa plateforme, le parti d’Andrew Scheer entend par ailleurs économiser 1,5 G$ par année en réduisant l’aide étrangère de 25%. Annuellement, Ottawa dépense environ 6 G$ pour l’aide internationale. Le Canada a notamment dépêché des militaires au Mali pour épauler les Casques bleus sur place.

«Ces fonds sont souvent alloués avec peu de responsabilisation ou de supervision, voire aucune», lit-on dans le document. Ce dernier précise que les sommes ainsi économisées seraient réinvesties dans des politiques qui bénéficieraient aux Canadiens «ici au pays».

Le parti prévoit par ailleurs économiser plusieurs milliards de dollars en aidant l’Agence du revenu du Canada à contrer l’évasion fiscale. La formation politique s’engage aussi à réduire les dépenses de fonctionnement de l’État, entre autres en réduisant les espaces de bureaux des employés de la fonction publique fédérale. Ottawa économiserait ainsi près de 2 G$ dès 2021.

Le parti s’engage par ailleurs à faire payer les compagnies de tabac pour les publicités antitabac. Cela permettrait à Ottawa de réduire ses dépenses annuelles de 58 M$.

Moins de taxes

Le parti politique fait le pari que ces coupures dans les dépenses de l’État seront suffisantes pour compenser les pertes de revenus qu’engendreront ses promesses fiscales.

En plus d’abolir la taxe carbone, le parti a promis de baisser le taux d’imposition de 15% à 13,75% pour le premier palier d’imposition d’ici 2023. Cette mesure, qui bénéficierait aux citoyens ayant un revenu annuel de moins de 47 000$, engendrerait une baisse de revenus de 6 G$ en 2024-2025.

En supprimant la taxe sur le chauffage résidentiel, l’État perdrait par ailleurs près de 1,4 G$ par année. Le retour du crédit d’impôt sur le transport en commun, aboli en 2017, créerait quant à lui un manque à gagner d’environ 240 M$ par année à l’État.

Andrew Scheer a par ailleurs attaqué à plusieurs reprises pendant les débats des chefs le premier ministre Justin Trudeau sur les taxes imposées aux petites entreprises. L’annulation des hausses d’impôt sur les épargnes des petites entreprises ferait toutefois perdre plus de 500 M$ par année à Ottawa.