National
14:35 13 janvier 2020 | mise à jour le: 13 janvier 2020 à 15:02 temps de lecture: 2 minutes

Avion abattu en Iran: deux enquêteurs du BST en direction de Téhéran

Avion abattu en Iran: deux enquêteurs du BST en direction de Téhéran
Photo: Akbar Tavakoli/AFP/IRNASite du crash de l'avion ukrainien en Iran.

Le Canada pourrait avoir son rôle à jouer dans l’enquête sur le vol 752, abattu en Iran la semaine dernière. Deux enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST) devraient arriver dans les prochaines heures à Téhéran afin de s’entretenir avec les équipes d’enquête iraniennes.

«Nous avons accepté l’invitation de l’Iran de se rendre sur le site de l’accident», a affirmé la présidente du BST, Kathy Fox, lors d’une conférence de presse.

Rien ne dit toutefois si la tenue d’une enquête indépendante pourrait s’officialiser.

«À date, on a des bons signes. Mais est-ce qu’ils vont répondre aux questions que tout le monde pose? On ne sait pas.» – Kathy Fox, présidente du BST

La Convention relative à l’aviation civile internationale régit l’analyse d’accidents d’avions. Techniquement, l’Iran est tenue de diriger l’enquête et «de diffuser ses conclusions».

«Particulièrement parce que 57 passagers étaient des Canadiens, nous espérons que le BST sera autorisé à mettre davantage de son expertise au service d’une enquête rigoureuse et transparente», a toutefois affirmé la directrice des enquêtes aéronautiques du BST, Natacha Van Themsche.

Consulter les boîtes noires

Deux autres enquêteurs doivent d’ailleurs se rendre dans la République islamique prochainement, a confirmé le BST. Ils souhaitent se pencher sur les enregistrements des données de vol de l’avion dans les prochains jours.

Le bureau d’enquête iranien n’a pas confirmé de lieu ni de moment pour cette séance d’analyse.

«On ne sait pas à quel point [les boîtes noires] sont endommagées. Plusieurs pays essaient de donner l’assistance à l’Iran pour y avoir accès», a confirmé Mme Fox.

Samedi, le premier ministre Justin Trudeau avait pressé l’Iran d’accepter une implication canadienne dans l’enquête.

Un total de 176 personnes, dont 57 Canadiens, ont péri dans le vol PS752 d’Ukraine International Airlines, mardi dernier. Parmi les victimes, plusieurs Montréalais.

Cet incident survenait dans la foulée d’une escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis au Moyen-Orient. Quelques jours plus tôt, un général iranien perdait la vie dans une attaque perpétrée par l’armée américaine.

Articles similaires