National

«Pressions religieuses» dans des écoles montréalaises: Frédéric Bastien veut élargir la Loi 21

Frédéric Bastien prend un engagement sur la loi 21 après des révélations
Frédéric Bastien le 9 février, lors du lancement de sa campagne à la chefferie du Parti québécois Photo: Pablo Ortiz/Métro

Alerté par des «pressions religieuses» en service de garde rapportées devant la Cour supérieure, le candidat à la chefferie du Parti québécois Frédéric Bastien veut renforcer la Loi 21. Il souhaite étendre l’interdiction des signes religieux à d’autres catégories d’employés du système scolaire et, notamment, aux éducatrices de garderies

Le prétendant à la chefferie du Parti québécois, a constaté dimanche matin que des parents musulmans avaient déclaré sous serment à la Cour supérieure du Québec le 27 février que leurs enfants auraient subi des pressions religieuses de la part d’éducatrices.

Dans ces affidavits, les deux mères de famille, l’une d’origine algérienne, l’autre tunisienne, relatent des problèmes rencontrés par leurs enfants scolarisés, concernant leurs convictions religieuses.

La première déposition s’appuie sur des faits s’étant déroulés durant l’année scolaire 2017-2018, où une jeune fille scolarisée dans une école de Montréal-Nord aurait subi des pressions de la part d’un membre du personnel de l’établissement scolaire portant le hijab, pour savoir quand quand elle-même se déciderait à porter le voile.

L’autre déclaration situe les faits en 2018-2019, dans une école primaire de l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve. Une autre jeune fille subit alors des remontrances pour son utilisation du service de traiteur proposé par l’école, celui-ci servant du porc et de la viande non halal.

L’élève se serait aussi vue apostropher par l’une des remplaçantes pour ne pas avoir loué Allah à la fin de ses repas. La mère déclare avoir ensuite retiré sa fille du service de garde de l’école, mais cette dernière continuerait à recevoir des pressions concernant ses habitudes alimentaires.

Des faits «d’autant plus inquiétants» selon Frédéric Bastien, car touchant des personnes vulnérables et portant atteinte «à la liberté de conscience des parents et des enfants».

Un renforcement de la Loi 21

À la suite de ces révélations, le candidat Bastien a déclaré à Métro prendre l’engagement s’il devient chef du Parti Québécois de «renforcer la Loi 21».

L’historien souhaite aussi que la Loi 21 s’applique «dans les mêmes dispositions que le secteur public», aux écoles du secteur privé recevant des subventions de la part du gouvernement.

«Un pan entier du système scolaire en dehors de la laïcité», selon le candidat.

La finalité pour l’historien de profession serait d’élargir la Loi 21 et son interdiction de signes religieux aux enseignants du réseau collégial et universitaire, précise-t-il dans un communiqué.

Ce n’est pas la première fois que Frédéric Bastien prend position pour défendre la Loi 21. Il avait notamment entamé des contestations judiciaires contre la juge en chef de la Cour d’appel, Nicole Duval-Hesler et contre la commission scolaire anglophone English-Montréal début février.

Articles récents du même sujet