National
13:20 22 mars 2020 | mise à jour le: 22 mars 2020 à 18:22 temps de lecture: 4 minutes

Coronavirus: fermeture des restaurants, pas d’école avant le 1er mai

Coronavirus: fermeture des restaurants, pas d’école avant le 1er mai
Photo: Josie Desmarais/MétroFrançois Legault

L’ensemble des salles à manger des restaurants de la province, qui pouvaient rester ouvertes à moitié jusqu’à maintenant, devront suspendre leurs activités dès minuit, ce soir. Les écoles fermeront jusqu’au début du mois de mai en raison de la pandémie de coronavirus.

Le premier ministre François Legault l’a annoncé en conférence de presse, dimanche après-midi.

«Or, on pense qu’il faut intensifier et garder seulement les take-out. Ça, évidemment, on encourage les restaurants à le faire», a convenu le leader de la Coalition avenir Québec dans sa mise au point quotidienne sur la maladie à coronavirus.

Les centres commerciaux, les salons de coiffure et d’esthétique devront aussi fermer leurs portes jusqu’à nouvel ordre.

Les pharmacies, succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et de la Société québécoise du cannabis (SQDC), épiceries et magasins donnant directement «sur l’extérieur» resteront ouverts pour l’instant.

Le premier ministre a aussi encouragé le personnel enseignant a aller prêter main-forte aux organismes communautaires, qui comptent généralement sur les aînés et les retraités pour assurer leurs services à la communauté, et qui peinent à suffire à la demande en raison du confinement visant les aînés.

Interrogé sur la décision de garder les SAQ ouvertes, le premier ministre a affirmé vouloir «éviter le chaos» qu’aurait créé une fermeture complète.

L’Association des Restaurateurs du Québec (ARQ) s’attendait à l’annonce de la fermeture des salles à manger, soutient son porte-parole, Martin Vézina.

«On a un message à la population de soutenir leur restaurant local en faisant appel à la livraison. Personne ne va faire des profits, ces temps-ci. Mais ça va permettre de tenir la tête au-dessus de l’eau», mentionne-t-il.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) revient elle aussi à la charge et demande, entre autres mesures, de suspendre les paiements de loyer pour les PME fermées temporairement.

Pas de retour à l’école tout de suite

Les parents forcés de rester à la maison pour garder leurs enfants auront vraisemblablement du pain sur la planche pour un mois de plus.

Après avoir laissé entendre vendredi qu’un retour à l’école était «peu probable» le 30 mars, le gouvernement a officialisé sa décision dimanche. Il repousse la date de réouverture des établissements d’enseignement au 1er mai, au plus tôt.

Aucun examen du ministère ne sera passé dans les écoles secondaires, a ajouté M. Legault. «Peu importe le scénario, on pense que la grande majorité des enfants vont pouvoir passer au prochain niveau», a-t-il soutenu.

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) mettra bientôt en ligne un site Web adressé aux élèves du Québec qui pourra les aider à poursuivre leurs apprentissages.

«Il y aura plein d’activités de stimulation, d’apprentissage non-obligatoires. Ça va être facilement accessible», a précisé le ministre Jean-François Roberge.

«On ne veut pas transformer toutes les maisons en écoles. On veut faciliter la vie des familles.» – Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Les modules de jeux aussi

À Montréal, les fermetures se poursuivent aussi. Les modules de jeu dans les parcs ne seront désormais plus accessibles.

C’est la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui en a fait l’annonce dimanche. «Il est très important de respecter les règles de distanciation», a-t-elle affirmé sur son compte Twitter.

Selon le New England Journal of Medicine, le coronavirus peut survivre jusqu’à trois jours sur l’acier inoxydable et le plastique.

219 cas

Dimanche, le bilan a dépassé les 200 cas confirmés au Québec. On en compte désormais 219, soit 38 de plus que la veille.

«Bonne nouvelle, aucun nouveau décès» à signaler, a ajouté le premier ministre. En fait, le décès annoncé samedi comme s’étant infecté dans la communauté n’est finalement pas mort de la COVID-19, a-t-il précisé.

Les quatre morts enregistrés depuis le début de la crise sont survenues dans la même résidence de personnes âgées de Lanaudière.

Articles similaires