Les choix de la rédac
16:14 4 août 2020 | mise à jour le: 4 août 2020 à 17:08 temps de lecture: 2 minutes

Rentrée scolaire: l’opposition officielle exige des clarifications du Dr Arruda

Rentrée scolaire: l’opposition officielle exige des clarifications du Dr Arruda
Photo: MétroLa porte-parole de l'opposition en matière d'Éducation, Marwah Rizqy

À l’approche de la rentrée scolaire, l’opposition libérale à l’Assemblée nationale s’inquiète du «silence du ministre de l’Éducation». Sa porte-parole en éducation, Marwah Rizqy, a transmis une lettre au directeur national de santé publique, Horacio Arruda, mardi, afin «d’avoir des réponses claires à des questions légitimes».

La missive adressée au Dr Arruda comprend tout près d’une trentaine de questions, allant du port du couvre-visage en classe à la détection d’un cas de COVID-19 chez le personnel enseignant.

«Si un enfant se présente à l’école avec des symptômes de la COVID, est-ce que l’enfant sera retourné automatiquement à la maison?», demande-t-elle, avant de demander si le port du couvre-visage avant douze ans fait partie des recommandations de la Santé publique.

Dans le cas d’un diagnostic positif, «est-ce que les élèves de la classe et de l’école seront automatiquement dépistés […] ?», ajoute-t-elle.

Ce sont les équipes du Dr Arruda qui présentent d’abord leurs lignes directrices aux représentants du gouvernement. Le premier ministre et ses ministres ont toutefois le choix de les appliquer ou non.

Un plan la semaine prochaine

Le plan de retour à l’école est déjà arrivé sur les bureaux des directions du Québec en juin. Le programme prévoit des «bulles» de six élèves maximum, avec distanciation physique. Il ne demande pas le port du masque de la part des élèves.

Lundi, en conférence de presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé a admis qu’«il y a beaucoup de questions sur les écoles». L’élu de La Prairie a annoncé que son collègue à l’Éducation présenterait un plan «actualisé» la semaine prochaine.

Le port du masque, prévu chez les jeunes de douze ans et plus dans les lieux publics, mais pas dans les écoles, devrait lui aussi faire l’objet de nouvelles directives. «La question du masque au secondaire va être réévaluée», a ajouté Dr Arruda lors de ce même point de presse.

Mardi, la Santé publique canadienne s’est montrée favorable à recommander le masque en milieux scolaires. Elle devrait émettre des «lignes directrices» au courant de la semaine.

Articles similaires